Aller au contenu principal

À moi la vengeance S.A.R.L., suivi de Madame Bixby et le manteau du Colonel

Alain Delahaye,
Elisabeth Gaspar
Folio 2 Euros
Nouvelles
à partir de 15 ans
: 9782070782666
2.00
euros

L'avis de Ricochet

N’avez-vous jamais rêvé de faire appel à un prestataire de services afin de vous venger d’une personne qui se serait montrée outrageante à votre égard ? Les deux protagonistes de cette nouvelle de Roald Dahl intitulée A moi la vengeance S.A.R.L ont justement entrepris de rendre justice à toutes les personnes victimes des quolibets lancés par Lionel Pantaloon, célèbre chroniqueur satirique de la vie politique et mondaine, en proposant, contre rémunération bien entendu, un panel de réponses « musclées », intimidantes ou humiliantes, allant du simple «coup de poing sur le nez, asséné avec violence » à « l’enlèvement ». Soudain dépassés par le succès grandissant de leur autoentreprise (diverses victimes tournées en dérision par d’autres chroniqueurs se manifestant à leur tour), les deux consorts décident de mettre au point une stratégie pour venger le plus de clients possibles en un minimum d’interventions. La fin justifiera-t-elle les moyens ? Le succès sourira-t-il encore longtemps aux audacieux entrepreneurs ?

La deuxième nouvelle de ce court recueil nous fait faire la connaissance de Monsieur et Madame Bixby. Le couple habite un appartement à New York. M. Bixby exerce la profession de dentiste. « Une fois par mois toujours un vendredi après-midi, Mme Bixby pr[end] le train à la gare de Pennsylvanie pour Baltimore », afin de rendre visite à sa vieille tante. C’est en tous les cas l’alibi que Mme Bixby a trouvé pour pouvoir suivre une relation adultérine avec un homme d’âge mûr surnommé le Colonel. Mais voilà qu’un jour, Mme Bixby reçoit de son amant, en guise de cadeau de séparation, un superbe manteau de vison. Comment procéder pour rapporter avec elle à New York ce superbe manteau sans mettre la puce à l’oreille de son mari ? La ruse que ce personnage met en place se révèlera-t-elle efficace pour tromper son mari ?

Ces deux nouvelles mettent parfaitement en exergue l’humour noir dont Roald Dahl est si friand et dont il aime parsemer ses publications. Avec force ingéniosité, l’écrivain parvient, comme souvent dans ses textes, à surprendre son lecteur, lequel se plaît à se laisser mener narrativement parlant par ce spécialiste ès nouvelle à chute. Une mention spéciale, devons-nous toutefois concéder, pour la deuxième nouvelle dont le lecteur saura savourer par catharsis la placide, cruelle et extraordinaire vengeance du personnage de M. Bixby...

Présentation par l'éditeur


«"À moi la vengeance S.A.R.L." Ça sonne très bien. Et nous ferons imprimer des cartes en bristol, que nous enverrons à tous nos clients pour leur rappeler qu’ils ont été publiquement diffamés et humiliés, et leur proposer de punir le coupable moyennant rétribution. Nous achèterons tous les journaux, nous lirons toutes les chroniques mondaines, et chaque jour nous enverrons au moins une douzaine