Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Max et Moritz avec Claque-du-Bec et Cie

Cavanna
Roman
à partir de 10 ans
Réédition
: 9782211209298
16.80
euros

L'avis de Ricochet

Auteur allemand du XIXe siècle, Wilhelm Busch est connu principalement pour ses deux héros Max et Moritz, affreux garnements qui donneront naissance aux encore plus fameux Pim, Pam, Poum américains du début du XXe siècle. Bouilles rondes et sourire empreint de mauvaise malice, Max et Moritz accomplissent sept exploits tous plus retors les uns que les autres, perturbant les braves gens, causant effroi et accidents derrière eux. La morale de l'époque étant ce qu'elle est, particulièrement en littérature destinée à la jeunesse, ils seront punis pour leurs bêtises – ils mourront hachés menu, en fait.
Le recueil enchaîne avec les longues aventures de Claque-du-Bec, vilain corbeau de son état. Il finira... pendu à une trousse de couture, ivre de vin. Puis ce sont quelques aventures à lire une par une, encore cruelles, où les animaux sont bien souvent à l'honneur (sacrifiés ou gagnants, c'est selon).

Wilhelm Busch emploie un trait vif de gravure, caricatural à l'excès : il s'agit autant de raconter une histoire avec des héros que de recréer un environnement provincial étriqué, dont l'auteur se moque bien sûr.
Traduit excellemment par Cavanna, l'ouvrage respecte les vers et la musique sautillante d'origine : nous sommes là pour rire, même jaune. Et si Busch est resté à la postérité en tant que précurseur de la bande dessinée, on retiendra surtout la synergie du texte et de l'image, profondément liés et autant dynamiques l'un que l'autre. Un classique à découvrir – pour faire peur aux petits enfants d'aujourd'hui !

Présentation par l'éditeur

Ils s’appellent Max et Moritz. Ce sont deux sales gosses, qui passent leurs journées à commettre d’épouvantables forfaits. Ils s’introduisent dans les maisons, par la porte, par la cheminée. Ils chapardent, cachent d’affreuses bestioles au fond des lits, trucident les poules et les mangent une fois que leurs malheureux propriétaires les ont fait cuire. Ils n’ont ni respect ni compassion, et

Du même auteur