Aller au contenu principal

Ma fugue dans les arbres

Roman
à partir de 10 ans
238 pages
: 9782210966192
12.90
euros

L'avis de Ricochet

Albertine (Tine) de Furetière et son frère Sylvain, son cadet d’un an, vivent avec Nours, véritable nounou qui veille sur eux plus que leur père absent et distant.

Nours, Pierre de son vrai prénom, n’a vraiment qu’un seul défaut, il oblige ses protégés à manger les légumes qu’il produit dans le jardin. Dans la petite famille qu’ils forment tous les trois, Tine la rebelle mène la danse. Elle fomente un carnage de limaces, véritable expédition punitive contre les courgettes détestées, avec la complicité soumise de Sylvain qui obéit à sa sœur au doigt et à l’œil. Garçon manqué, Tine qui échange ses robes contre les jeans de sa copine et n’aime que le sport, demande pour son anniversaire une balançoire accrochée dans les arbres. Or, dans cette maison à l’atmosphère étrange pèse un interdit sur la forêt et les arbres, en lien avec l’Accident.

En dépit de cet interdit, Nours construit la balançoire dont Tine rêve sur la plus haute branche. Au retour du père, le verdict tombe : Nours est renvoyé, la balançoire détruite. Sur l’instant, Tine décide une « fugue dans les arbres ». Elle ne descendra que si Nours revient.

On comprend très vite les rapports de force entre une héroïne, un peu Fifi Brindacier, un père porteur d’un secret étouffant et des auxiliaires précieux que sont Nours et l’adorable petit frère, l’un et l’autre très aidants. Tout l’enjeu du récit est l’émancipation de Tine et de son frère, l’acceptation par le père du passé assumé et le dépassement de sa douleur. Même si trop vite on anticipe le secret et la fin heureuse, les personnages sont bien cernés, les temps forts palpitants (une lutte contre la buse dans les arbres, une autre contre les garçons qui voient d’un mauvais œil une fille les dépasser en performance, la discussion orageuse avec le père), tout est ménagé par Alexandre Chardin pour soutenir l’intérêt du jeune lecteur.

Présentation par l'éditeur

L’anniversaire de ses onze ans restera longtemps pour Albertine à la fois le plus beau et le pire jour de sa vie.

Elle à qui son père a toujours interdit de grimper aux arbres décide d’installer dans le jardin une balançoire, à l’ombre du grand chêne. Elle va enfin pouvoir s’élancer vers le ciel, et sans vraiment désobéir ! Mais à peine accrochée, voilà la balançoire coupée, mise à terre par son