Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Les belles vies

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 14 ans
: 9782848659237
15.50
euros

L'avis de Ricochet

Vasco et Djib habitent la banlieue parisienne et ne se quittent pas depuis la petite enfance. Ensemble, ils font les 400 coups, sans tomber toutefois dans la délinquance, mais leur dernière altercation va considérablement changer leur programme de l’été : une bagarre a mal tourné et ils finissent au poste de police. Leurs parents vont les envoyer en manière de punition assez loin de leur environnement urbain, chez des connaissances, Albert et Marie Favre, un couple qui s’occupe depuis des dizaines d’années d’enfants et ados en grande difficulté familiale.

Leur arrivée va provoquer quelques remous dans la petite bourgade campagnarde et dans la maison des Favre. Vasco et Djib découvrent un mode de vie radicalement différent du leur : la vie en communauté et le partage des tâches, la confection maison du pain tous les matins, l’élevage des poules qui fournit la maisonnée en œufs... Les enfants déjà installés et Vasco et Djib doivent cohabiter et cela se passe plus ou moins naturellement selon les âges, les sexes et les sensibilités. Au départ, ils se cherchent, se testent, et s’énervent souvent. Néanmoins, les journées d’été passent vitesse grand V entre fournées de pain (Vasco adore ça) et les corvées diverses. Tonton et Tata (les Favre) forment un couple résolument uni, c’est un duo fort qui maintient le navire avec discrétion, patience et beaucoup d’amour. Tonton est un personnage clé dans le roman de Benoît Minville ; il est le grand-père dont tout le monde pourrait rêver. Charismatique et tout en modestie, il fait sourire quand il montre son addiction aux westerns ou son fort attachement aux pommes. Il a en haute estime le travail physique et manuel ainsi que la réflexion et le calme, des valeurs qu’il a à cœur de transmettre à Vasco et Dylan, les deux têtes brûlées de la maisonnée. Vasco et Djib vont vivre le temps d’un été une expérience humaine exceptionnelle. C’est l’été de tous les possibles, qui marque un virage fort dans leurs existences.

Benoît Minville a la plume alerte et vive et les personnalités de ses héros sont fouillées et vraies. Les belles vies est un roman très fort qui est aussi une belle quête de soi pour deux héros à l’aube de leurs vies d’adultes.

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 10/24/2017 09:03

J'ai acheté ce livre pour l'offrir. Heureusement, je l'ai feuilleté avant de l'emballer. Je n'ai pas du tout apprécié le style d'écriture. Pour moi, la richesse de la langue fait partie de l'enchantement d'un livre, elle contribue à susciter des images mentales et ce faisant procure une sorte de voyage mental. Avec ce livre, je peine à lire, je n'éprouve aucun plaisir. De plus, nos enfants de cet âge apprennent à manier la langue. Je crains de ne pas les y aider en leur fournissant ce type d'écriture. Mais, mieux que mon avis, voici un échantillon :
Soudain, la voix de Vasco l'arrache à ses doutes.
- Matez-moi cette vache de killeur !!! Truc de malade, tu lui mets des ailes et elle a un premier rôle dans le Seigneur des Anneaux !
Le bestiau les regarde à quelques mètres, séparé d'eux par l'endroit où la rivière est au plus bas.
Dylan se redresse, crispé :
- Merde... C'est pas une vache, mec. Tu connais peut-être pas ce qu'il a entre les jambes, mais c'est pas une vache...

Présentation par l'éditeur

Vasco et Djib sont inséparables depuis leur naissance. Turbulents, pas vraiment délinquants, ils cumulent les bêtises plus ou moins graves, les rires et les bleus. Vasco est en CFA BTP, Djib passe en première S.


Leur dernière rixe est pourtant celle de trop… Afin de leur mettre du plomb dans la tête, leurs parents décident d’employer les grands moyens : ils envoient les deux ados dans