Aller au contenu principal

Le lance-pierres de Porto-Novo

Album
à partir de 7 ans
: 9782848659640
17.50
euros

L'avis de Ricochet

Foyan tue, d’un coup de lance-pierres, un « vingt-cinq kilos », un gros oiseau, un touraco de son vrai nom. Il est surpris et attristé d’avoir si bien réussi du premier coup, mais son copain Noukpo est admiratif, lui le grand garçon de Porto-Novo, son compagnon de vacances. Pourtant, au moment de ramasser l’oiseau mort, il est introuvable. Etrange. A-t-il été ramassé par la vieille femme qui passait par là à ce moment-là ?

Les deux garçons se mettent à la recherche de leur proie et tombent sur la vieille femme. Un peu victime, un peu sorcière, objet d’une méfiance extrême de la part du quartier, elle apprivoise les oiseaux, ses seuls compagnons. Femme seule, sans enfant, elle est ostracisée au point d’être arrêtée par la police… Pour quelle raison ?

Foyan ne comprend pas, impressionné par la violence, impressionné par les oiseaux qui « plaident » en faveur de la vieille femme, il va accomplir un exploit à sa manière…

La chute est belle. Tous les personnages sont intéressants, les deux enfants, la vieille femme. L’ambiance est remarquablement rendue par la qualité lyrique de l’illustration : couleurs, mouvement, architectures, expressions, tout contribue à l’intérêt de cette belle histoire. Les jeunes lecteurs y toucheront du doigt la richesse et la complexité de ce Bénin mal connu. Au-delà du dépaysement, ils prendront fait et cause pour les enfants ou les oiseaux dans un monde à la fois éloigné et proche. Un album brillant et profond.

Présentation par l'éditeur

Deux garçons se retrouvent en vacances, le plus grand initie le plus jeune au maniement du lance-pierres. Jeu, découverte, émulation : l’histoire est universelle. Sauf que nous sommes à Porto-Novo, dans le Bénin contemporain. Loin de l’Afrique figée des contes, les immeubles décrépits en arrière-plan sont les vestiges d’une colonisation bien réelle. Néanmoins, l’aventure est là,