Aller au contenu principal

L'appel du marais

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 7 ans
: 9788867451029
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Dans les couleurs symboliques plutôt ternes du marais, l’illustrateur Marco Somà réussit à créer un univers de rêve éveillé, empreint d’une brume de nostalgie, dans lequel Davide Cali situe l’histoire de l’adoption de Boris : car le monde de l’adoption est aussi une combinaison de plusieurs réalités, plus ou moins acceptées, connues, plus ou moins fantasmées où l’enfant doit trouver ses marques, faire ses choix, se construire avec ses multiples références.

Boris est ainsi imaginé comme un drôle de petit être, à mi-chemin entre le têtard et l’axolotl, un amphibien ayant aussi inspiré le Pokémon Axoloto, dont les branchies roses forment une petite couronne flamboyante et mobile. Il est très attendrissant et très différent. Recueilli au bord du marais par un couple en mal d’enfant, il sera choyé et grandira dans l’inconscience de l’enfance jusqu’à ce que l’évocation de son origine lui revienne par « une odeur d’eau saumâtre » dans l’air. Boris oublie l’amour inconditionnel de ses parents et de son chien pour rechercher l’autre part de vérité qui le compose. Il retourne dans le marais. Mais lui faut-il vraiment choisir ? Dans cette belle histoire, les auteurs créent un univers merveilleux où le réalisme du cadre de vie (la maison familiale, les bois alentour, le marais et ses créatures) se confond hardiment avec l’émergence de phénomènes extraordinaires, comme un vol de poissons à l’allure mécanique, la plante aquatique qui prospère dans la baignoire ou l’étrange vaisseau où jouent Boris et son camarade, perché sur des échasses comme la marmite de Baba Yaga… Le traitement du cadrage des images de l’environnement adoptif renvoie à l’univers photographique et renforce le sentiment de nostalgie qu’on éprouve en feuilletant un album de souvenirs. Les images du marais sont, quant à elles, plutôt des gros plans sur la perception de détails concrets : les racines des arbres plongées dans l’eau, les salamandres et les poissons qui serpentent entre les feuilles de nénuphars. Mais, alors que Boris choisit de s’enfoncer dans le marais, toutes les bouteilles que ses parents avaient lancées pour le réconforter dans sa période de doute lui apparaissent, là, bien plantées dans la boue, avec une fleur qui en jaillit, comme une perle rare, offerte entre des feuilles qui s’ouvrent comme des mains en coupe. L’amour est un don.

Grâce à la grande tendresse qui émane du travail de Davide Cali et Marco Somà, le lecteur s’initie en douceur à l’acceptation de la différence. Ici, c’est l’histoire d’un enfant, mais comment ne pas y voir aussi l’aventure de la diversité ? Le questionnement est le chemin de la prise de conscience de ce qui nous constitue. Il est certainement plus systématique dans une adoption, mais il est aussi le signe d’une intégration consciente et consentie. Adoption et intégration sont des termes qui renvoient à une forme de reconnaissance mutuelle. Cet album raconte une histoire individuelle peut-être, mais c’est aussi un récit d’espoir pour une histoire collective.

Un très beau travail.

Présentation par l'éditeur

Lors d’une balade au bord d’un marais, un homme et une femme trouvent le petit Boris, seul et abandonné. Ce couple, qui désirait depuis longtemps un enfant, décide de le recueillir et de l’élever, sans se préoccuper de ses écailles ou de ses drôles de grands yeux. Les années passent sereinement, Boris grandit. Mais un jour, comme un appel inexorable, il ressent le besoin de repartir vers le marais