Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Ciel 1.0. L'hiver des machines

Roman
à partir de 14 ans
: 9782354882389
16.00
euros

L'avis de Ricochet

En 2030, le CIEL (Central d’Informations et d’Echanges Libres) contrôle l’ensemble de la production et de la diffusion d’électricité sur la planète. Après deux ans de bons et loyaux services, l’intelligence artificielle pose un diagnostic : les humains sont en train de détruire la planète et il faut les en empêcher. Du jour au lendemain, les réseaux cessent de fonctionner. Plus de communication, plus de transports, plus de chauffage (nous sommes en plein hiver) et d’eau potable… Alors que les gouvernements sont obligés de se plier aux desiderata du CIEL, des poches de résistance s’organisent, auxquelles le capitaine Peter Keller participe. Brouillé depuis longtemps avec son père, il doit bien admettre que le vieux Tomi Keller, vivant en autarcie au sommet des Vosges, avait raison de prédire une catastrophe.
Pendant ce temps, les enfants Keller, Thomas et Jenny, survivent tant bien que mal à Paris et Berlin. La mère, Sarah Fuchs, présidente d’une association de protection de l’environnement, se voit propulsée porte-parole du CIEL. Désireuse de sauver sa vie et l’humanité toute entière, convaincue qu’elle pourra comprendre les motivations de l’intelligence artificielle et négocier avec elle, elle accepte de passer des messages très agressifs envers les libertés. Des drones, des machines auparavant inoffensives comme des balayeuses, confinent les populations dans des camps, relayés par les quelques hommes qui acceptent de collaborer – le mot est important – pleinement.

En quatre tomes suivant les saisons, Johan Heliot joue les Cassandre de luxe, s’appuyant sur nos peurs les plus contemporaines. Ecologie, énergie, réseaux de communication, crise sociale ou de civilisation, économie locale, bouleversements climatiques : tout ce dont il est question résonne en chacun de nous, comme autant de courses vers l’abîme, d’angoisses entraperçues. La théorie du complot n’est pas utilisée, et l’auteur préfère une version du fameux film 2001, l'Odyssée de l'espace. Mais les survivalistes triomphent quand même. Encore plus intéressant, alors que l’état de culture s’effondre, la nature lupine de l’homme reprend le dessus, mâtinée de souvenirs cauchemardesques d’une Seconde Guerre Mondiale eugéniste. Avec un effet feuilleton captivant qui suit les personnages à tour de rôle, et une profondeur largement suggestive qui interpelle le lecteur, ce roman d’anticipation fort bien écrit fait peur, mais surtout fait réfléchir.

Présentation par l'éditeur


Pendant les premiers mois de son existence, l'intelligence artificielle s'acquitta parfaitement de sa tâche, obéissante, servile. Dans le même temps, elle observait, analysait, tirait des conclusions. Ordinateurs et téléphones portables lui ouvraient des yeux et des oreilles aux quatre coins de monde.


Elle finit par hiérarchiser de nouvelles priorités. Puis elle passa à l'action.


Ceci est son