Aller au contenu principal

Chut ! Il ne faut pas réveiller les petits lapins qui dorment

Album
à partir de 1 ans
: 9782812617454
14.00
euros

L'avis de Ricochet

La lune dort. Sourire discret, les yeux fermés, elle rayonne sur la nuit noire. Tout est paisible. L’album alterne vision de l’extérieur (le chien sous la lune) et regard à l’intérieur de la chambre douillette. Une image en appelle une autre. Entre la couette moelleuse et les moutons, il y a une équivalence heureuse dans le sommeil.

Pendant ce temps, le monde poursuit sa ronde, celle de la nature, forêt, étoiles ; celle de la maison, où les adultes préparent le petit déjeuner du matin. Ce balancement entre le temps de la maison et le temps du monde berce et tente de convaincre le petit qu’il faut dormir. Le refrain « Chut ! Il ne faut pas réveiller les petits lapins qui dorment » revient pour rappeler que la persuasion peine à convaincre le petit récalcitrant. Pourtant, l’album montre le monde en ordre, les bottes sont bien rangées. Tout repose.

Les images s’enchaînent. Certaines semblent bien énigmatiques pour des petits enfants. Une grande ourse dort tranquillement sur un édredon. Elle se « transforme » en Grande Ourse de la voie lactée. Le passage de l’un à l’autre n’est sans doute pas très facile à expliquer. Sans doute faut-il s’en tenir à la musique de l’énumération, comme une succession d’images propres à chacun au moment du sommeil. Peut-être ne faut-il pas chercher les liens mais accepter la succession des regards qui concourent à la lumière finale avant la certitude du petit déjeuner. Un album pour affronter la nuit sans convaincre tout à fait.

Présentation par l'éditeur

Un livre comme un moment d’apaisement, pour rassurer les tout-petits à l’heure du coucher. Ce livre est une berceuse, un doudou, dans lequel on entre à pas feutrés. Une balade immobile où les mots et les sons prennent la valeur d’un refrain rassurant, pour parler de la nuit et de tous les événements invisibles qui s’y déroulent, du monde bienveillant qui entoure l’enfant. On anticipe le lendemain