Aller au contenu principal

Tous les oiseaux savent

Roman
à partir de 13 ans
: 9791021405783
12.95
euros

L'avis de Ricochet

Années 1950. Emmy vit en Afrique avec sa famille : un père militaire, une mère redoutable, des frères et une petite sœur. Elle se lie d'amitié avec Baltasar, jeune garçon chargé de l'accompagner à l'école et de répondre à ses besoins de petite fille blanche, donc supérieure à lui. Emmy est heureusement étrangère à tout sentiment raciste, et elle sera anéantie en apprenant la mort accidentelle de Baltasar.

Paris, 2014. Emmy est devenue une vieille dame excentrique, ancienne brocanteuse qui n'a pas vraiment pris sa retraite. Elle est la bonne fée de tous les sans-abris du quartier. Un jour, elle rencontre un vieil homme qui se fait appeler dans la rue « le Guadeloupéen ». Elle décide de l'aider sans savoir que son existence va s'en trouver bouleversée.

Simplicité et grande finesse, goût de l'humain et petits symboles pleins de poésie sont quelques-uns des traits qui caractérisent les histoires et l'écriture de Claire Mazard. Tous les oiseaux savent ne fait pas exception. Passant du « je » de la petite fille au « elle » de la vieille dame, la psychologie d'Emmy se découvre exclusivement par ses actions, et même son secret le mieux gardé, imbriqué mais différent du thème principal du colonialisme, ne se révèle que dans les dernières pages. Ce doute permanent, ces multiples branches de lecture deviennent une sorte de suspense imitant les hasards d'un destin. Ils imprègnent aussi le roman d'une solide mélancolie que les faits durs ne démentent pas. Et pourtant, cette tristesse sous-jacente est vite contrebalancée, car l'auteure aime la nuance, par la générosité pleine de vie de l'héroïne. Les oiseaux savent mais ne s'arrêtent pas de chanter à cause de nos chagrins... Un roman d'une sensibilité exigeante.

Présentation par l'éditeur

« Une roucoulade à présent. Elle s'éternise, puis s'arrête, reprend. Un rossignol philomèle ? Un merle noir ? Cet oiseau, je le sais, chante pour moi. Comme tous les oiseaux du jardin. Youyous, cacatoès, perruches... Tous savent que j'aimerais être dehors avec eux. Ils déplorent mon emprisonnement. Ils m'appellent. Emmy ! Viens avec nous, petite Emmy ! »

Fille d'un officier de l'armée coloniale,