Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Superman n'est pas juif (... et moi un peu)

Sélection des rédacteurs
Bande dessinée
à partir de 12 ans
: 9782849533604
20.00
euros

L'avis de Ricochet

Superbe travail graphique d’Émilie Boudet dont c’est la première publication dans le monde de la bande dessinée : du rythme grâce à un découpage très varié, des couleurs lumineuses valorisées par l’utilisation d’un papier glacé, cette mise en images du texte autobiographique de Jimmy Bemon a du souffle, du dynamisme et un charme fou ! Le trait est fin, le portrait expressif, les détails sonnent juste, c’est un vrai plaisir que cette BD-là ! Et la variation de police entre la voix du narrateur et les dialogues est très efficace pour guider la lecture tout en plongeant dans l’intimité du récit. Cette réussite narrative met l’accent sur l’importance de la complicité entre illustrateur et scénariste.

Car Jimmy Bemon nous dit tout, de ces longues, longues années, où il a navigué entre plusieurs identités toutes partielles, avec leurs codes, leurs repères et beaucoup d’obligations surtout. Tout commence avec un malentendu. Le père de Benjamin tient à ce que son fils aîné soit conscient et porte haut les couleurs de son identité juive, et pour convaincre l’enfant, il n’hésite pas à lui affirmer un peu hâtivement que l’un de ses héros, Superman, lui aussi est juif (« enfin, ses créateurs ! », murmure-t-il par devers lui). Emballé, cette référence va aider l'enfant à se faire une réputation à l’école primaire, et il va savourer sans les comprendre les joies des rituels familiaux, où l’on entretient en outre la légende des héros. Mais lorsqu’il découvre qu’il est circoncis, il entre pour longtemps dans un enfer intérieur. Car être différent comme Superman, c’est être meilleur, supérieur ; mais être « différent des copains », c’est une épreuve au long cours, une course d’obstacles de l’enfance à l’âge adulte, d’autant plus que cette différence n’est pas apparente, que lui-même en a honte aussi. Notre héros va donc s’entraîner sérieusement à contourner la vérité, pour peu à peu, remettre en question cette part d’héritage qui le traumatise au quotidien. Jusqu’à s’éloigner de cette famille envahissante. 

Des années plus tard, c’est à l’occasion du décès de son grand-père, le patriarche représenté sous les traits du sage Yoda, qu’enfin Benjamin aura cette conversation surréaliste avec son père :

« Papa, Superman n’est pas juif… Enfin, ce n’est pas parce que ses créateurs le sont, que lui est automatiquement comme eux (…) ».

Le film éponyme réalisé par Jimmy Bemon, et multi-primé, accompagne la bande dessinée. Le scénario et les dialogues sont quasi identiques, mais le traitement respectif des deux présentations constitue une valeur ajoutée au projet. Pour autant, c’est la qualité du travail d’Émilie Boudet qui sera le marqueur mémoriel de cette oeuvre commune : deux auteurs à suivre donc, pour notre plus grand plaisir.

Présentation par l'éditeur

Enfant, il adule sa famille paternelle et est fier d’être juif, « comme Superman ». Tellement fier, qu’il le clame partout à l’école...

Mais le jour où il fait le lien entre son zizi circoncis et la religion juive, tout s’écroule ! Désormais décidé à cacher sa religion, Benjamin va tout mettre en œuvre pour éviter que ses copains de classe ne découvrent la vérité sur son « zizi coupé »...

La

Du même illustrateur

La magie

Livre d'activités
à partir de 8 ans

Toute l'éco et la socio en BD : programme de seconde

Bande dessinée
à partir de 15 ans