Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Super menteur

Album
à partir de 9 ans
: 9782210961272
9.90
euros

L'avis de Ricochet

Aristide est petit, pâle, avec les oreilles décollées et des lunettes. Il ne s’aime pas, et craint la rentrée dans une nouvelle école, suite à un déménagement. Pour se faire connaître, il s’invente une vie, ou plutôt un chien : Brutus, énorme et courageuse bête avec laquelle il joue au super-héros la nuit. Ses camarades semblent le croire, et demandent à voir ce toutou héroïque. Le problème, c’est que de Brutus, il n’y a point. Aristide supplie alors ses parents de lui offrir un animal de compagnie. Ce sera un magnifique perroquet gris du Gabon, auquel Aristide entreprend en vitesse d’apprendre à aboyer. Face à ces torrents de désespoir, une jolie petite voisine au doux nom de Mélusine observe attentivement le garçon...

Raconté au présent par Aristide lui-même, le petit roman n’évite pas les sujets qui fâchent. Oui, Aristide sait qu’il ment, oui, il en a honte, et oui, il ne parvient plus à se sortir de ses mensonges. Mais il n’a pas envisagé d’assumer son physique d’une part, de développer des loisirs réels qui le valoriseront à l’école d’autre part. C’est tellement plus facile de rêver sa vie… Le thème est essentiel, inépuisable, et traité ici avec finesse et drôlerie. La solution viendra bien sûr de Mélusine, nouvelle amie et douce confidente. Illustré avec l’acuité du trait de plume de Nancy Pena, agrémenté d’un glossaire « de la taupe » comme vous n’en avez jamais vu, le livre est susceptible de dénouer bien des angoisses et des dilemmes enfantins. A lire sans hésiter dès 9 ans.

Présentation par l'éditeur

Comment un « moche-et-chétif-à-lunettes » devient l’idole de sa classe en inventant un mensonge plus gros que lui…


« Vous pouvez dire ce que vous voulez, moi, demain, j’amène mon chien. Ça va vous calmer ! » Effectivement, ça les calme instantanément. Ils me regardent comme s’ils ne s’apercevaient de mon existence. De ma consistance, devrais-je dire. En une phrase, j’ai pris de l’épaisseur.


Le