Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Scarrels (poésie pure)

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 13 ans
: 2748506456
19.90
euros

L'avis de Ricochet

A Regency, il pleut toutes les nuits. Les anges, des faucons veillent à la sécurité des habitants. Luc et ses amis, Tommy le petit génie, la belle et révoltée Jona, Abel le géant noir, Steve la grande gueule, Karen la pupille et sa poupée Tina, se retrouvent, comme de nombreux jeunes, dans une cellule de l’ancien centre pénitentiaire. Mais ce jour là, en arrivant au Centre, chacun peut lire une phrase sur le mur : « Hommes libres de Regency, vous n’avez jamais quitté ces lieux. » Tommy encourage ses camarades à retenir cette phrase par cœur, ainsi que celles qui suivront. Quelques jours plus tard, la peur et l’espoir au ventre, les jeunes quittent la cellule pour ne plus revenir. Emmenés par Tommy, ils pénètrent dans l’immense tour FKE. Là-bas, ils rencontrent le Maître, qui leur explique l’origine de Regency : il s’agit d’une expérience organisée par les puissants. La mondialisation a engendré des milliards de pauvres, qui rêvaient encore d’avoir été des hommes. Afin d’étouffer toute menace de révolte, on les a parqués à Regency, en leur faisant oublier leur passé. Mais le Maître promet un monde nouveau, meilleur, égalitaire, à ses Soldats de la Libération.
Chacun des personnages de ce roman est marqué par une forte ambivalence. Jona est révoltée, mais fréquente en cachette des hommes riches, et ne rêve au fond que d’amour et de stabilité. Le Maître, chef de file de la Révolution, ne rassemble ses troupes que pour les exterminer. Le héros et narrateur lui-même, Luc, n’hésite pas à trahir par jalousie. L’intrigue est aussi mouvante que les personnages qui l’habitent, la réalité change selon le point de vue adopté et le cours des évènements. Le lecteur est sans cesse amené à se poser des questions, à remettre en cause ce qu’il lit. Les grandes questions abordées par le récit, la liberté et la manipulation des esprits, le lecteur les expérimente réellement.
Un vrai roman d’anticipation est rare dans la littérature jeunesse, et celui-ci est un excellent représentant du genre. On pense à Aldous Huxley et Robert Merle. Où se trouve Regency, à quelle époque se situe le roman ? Peu importe. L’auteur parvient à camper ce monde avec tant de réalisme que cela pourrait être ici et demain. Cet univers nous est familier par de nombreux détails, et éloigné par autant d’autres.
L’écriture de Marcus Malte décrit habilement cet univers angoissant. Les phrases sont courtes, sans fioritures. Le point de vue adopté est celui de Luc, on pénètre donc dans le récit de l’intérieur. A travers ses yeux, on observe Regency et la vie qui y règne : les animaux torturés par plaisir, les différents quartiers de la cité, l’ordre social…
Scarrels est un formidable roman dont on ne sort pas indemne. Marcus Malte réussit à poser des questions importantes en communiquant avec son lecteur, là où d’autres plaquent au récit un message fabriqué et appuyé.
Intelligent, drôle, angoissant tant dans l’écriture, l’univers ou les personnages, ce roman est une vraie réussite.

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 07/03/2008 10:28

la chute du roman est sans doute une réussite du point de vue littéraire, mais de mon point de vue elle me conduit à refuser de conseiller ce roman à des ados. En effet,en tant qu'adulte j'estime avoir des responsabilité à leur égard; comment demander aux jeunes de rêver leur avenir et celui du monde si, nous les adultes, leur enfonçons sans arrêt la tête sous l'eau ?? or, c'est bien ce qui se passe dans les collections pour ados, me semble-t-il, chaque fois que la noirceur de l'âme humaine l'emporte sur la moindre parcelle d'espoir, comme c'est le cas dans la fin de ce récit.
q'un jeune choisisse de lire ce genre de littérature publiée en littérature dite générale, c'est son choix et je le respecte complètement. Par contre, le mien est de proposer une littérature qui donne envie de vivre et non de désespérer de ses semblables ...Ce sujet est d'ailleurs présent dans le débat du numéro 50 de Citrouille...
tant que nous seront vivants et libres, ce débat restera ouvert !
chantal, bibliothécaire

Du même auteur

Scarrels (poésie pure)

Roman
à partir de 14 ans

Sous ma couverture vit un kangourou

Album
à partir de 4 ans
Avis de lecture