Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Pull

Roman
à partir de 7 ans
: 9782352894124
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Roman graphique qui alterne récit et illustration à l’aquarelle, Pull nous raconte l’histoire d’un chien perdu. Rien que cela suffirait à attirer notre sympathie. Mais ce qui surprend le lecteur immédiatement c’est que Pull, le chien égaré, est coupable ! Il a « abandonné son maître ». Etonnant ! Ce renversement de situation nous entraîne au sein d’une communauté de chiens vivant heureux dans un wagon désaffecté. Chaque chapitre est construit autour de la personnalité d’un chien avec ses petites manies. Ainsi Chouquette ne lâche pas son téléphone portable ; Groucho est une sorte de maître d’hôtel, c’est lui qui organise un peu la vie commune et se charge d’intégrer les arrivants.

Claire Lebourg s’amuse à prendre le lecteur à rebrousse-poil. Ainsi le plat préféré de Pull est la tarte aux poireaux-jus de poubelle, bien meilleure à son avis que la pâtée. Ce mélange des genres et des tons donne un petit roman revigorant qui tient le lecteur en haleine. La gare d’Austerlitz et le RER parisien côtoient la forêt. Le wagon abandonné présente tous les conforts : des couchettes bien équipées (une belle couverture patchwork attend Pull), une salle à manger conviviale et, luxe suprême, un salon de coiffure !

Les chiens ainsi rassemblés sont hospitaliers, attentifs les uns envers les autres. Chouquette, par exemple, est mandatée pour filer le train de Pull qui disparaît chaque jour dans l’espoir de retrouver ses maîtres et tous deux rentrent par le RER ! Tous ensemble vont aller se faire tirer le portrait dans un photomaton… Beaucoup de fantaisie, de liberté et de maîtrise graphique et narrative dans ce roman qui devrait donner des envies de lire et d’écrire à de jeunes lecteurs… Dans ce wagon, il y a encore de la place pour d'autres chiens à imaginer, c’est sûr !

Présentation par l'éditeur

Par la fenêtre, Pull voyait les autres chiens du groupe jouer de longues heures dans l’herbe. À la nuit tombée, ils couraient, faisaient claquer les portes, aboyaient et riaient dans ce train qui était leur maison. Mais si Pull était là, c’est parce qu’il avait commis une chose terrible. Il avait abandonné son maître.


À l’orée de l’été, Pull a abandonné son maître, en gare d’Austerlitz. Après