Aller au contenu principal

Où va Mona ?

Sélection des rédacteurs
Leporello
à partir de 1 ans
: 9791090743854
12.50
euros

L'avis de Ricochet

Il y a une seule protagoniste dans cet album, on ne la voit pas, pourtant l’auteur et narrateur, Jérôme Ruillier, s’adresse à elle, Mona, sa fille. Pas de figuration, Mona n’a ni visage ni forme mais est représentée par un chemin creusé dans l’épaisseur des pages. C’est là l’autre surprise de ce livre tactile, on suit en effet l’histoire du bout des doigts, dans le dialogue tissé entre le texte et le fil du chemin dessiné dans la page, comme un équivalent graphique de ce qui est énoncé. Le chemin traverse les pages dans une variété de tracés qui miment des efforts pour dépasser les montagnes et évoquent des étapes de vie. La peur est une ligne droite qui semble trembler dans une page noire, l’émerveillement ondule et serpente en grandes boucles dans une page violette, l’effort zigzague en ascension, le labyrinthe de la crainte se forme dans la grisaille de la page et du brouillard.

Le mode d’énonciation, une interpellation directe au futur, crée un rythme et une poésie tendre, bienveillante, qui encourage : « tu auras un peu peur au cœur de la forêt », « tu feras ta trace… jusqu’au sommet », « derrière la montagne tu apercevras d’autres montagnes », et c’est ainsi que l’enfant grandit.

Le livre est un bel objet carré, un leporello dans lequel chaque pli comporte une action jouer, courir, escalader , qui se lit et se déroule du bas vers le haut. Le verso des pages forme une toise de 0 à 2 mètres, de quoi se mesurer et prendre confiance dans le temps qui passe.

Couleurs, formes, message, on est touché par cette injonction douce d’un père à sa fille et qui résonnera chez tous les parents lecteurs.

Présentation par l'éditeur

Le chemin s’écarte de la grande route, on arrive dans les bois où on a un peu peur, mais bientôt on retrouve les rassurantes prairies, puis on slalome le long des rivières. La suite du chemin se fait invitation à l’exploration, lorsqu’on suit les papillons ou qu’on saute ici et là pour cueillir des fleurs. Mais à la sortie de cette balade champêtre, vient la difficile ascension. Il faudra