Aller au contenu principal

Ombres

Sélection des rédacteurs
Albums
Album
à partir de 6 ans
: 9782889084029
16.00
francs suisses

L'avis de Ricochet

Se lever à regret, même si la lumière coule à flots, tout en rêvant de rester au lit : c’est l’expérience vécue par le héros de l’album Ombres de Marta Monteiro. Ce personnage va vivre toute une journée comme dissocié de lui-même tantôt en avance, tantôt en retard par rapport à son ombre.

Alors qu’il est sur le  point de rater le métro, on voit l’ombre lui tenir la porte ouverte. Dans le wagon, accrochée à la poignée, l’autre main dans la poche, son ombre baille. Etrange ! mais vrai pour tout le monde : ce voyageur assis enfermé dans sa lecture porte un scaphandre sur la tête ; cette maman austère qui regarde de haut son fils sourit dans son ombre, l’enfant dans les bras. Quelle faille saisit l’illustratrice, entre le réel et le rêve, entre ce qui est vécu et ce qui serait souhaité ?

Après le métro, le jeune homme prend son service. Casquette, uniforme, bottes, nous apprenons qu’il est gardien de parc, moment heureux où ombres et personnages vivent ensemble, en bonne intelligence apparemment, que l’on promène le chien, nourrisse les canards ou que l'on soit blotti derrière un arbre.

Cet instant suspendu est poursuivi par d’autres scènes où s’introduit l’étrangeté : dans l’ombre d’un pêcheur naît une mare où un enfant fait naviguer son bateau ; un promeneur égaré contemple sa carte et son ombre se dissocie en quatre comme les quatre points cardinaux ; le gardien regarde un homme saluer une femme et son ombre anticipe ou imagine que cette politesse masque une scène de pickpockett. Lorsqu’il se couche, les animaux sauvages veillent sur lui.

Cet album, dans son étrangeté, surprend et séduit. Il n’y a pas vraiment d’inquiétude dans cette représentation du monde mais plutôt une volonté poétique de donner à voir le réel sous la surface, comme un pied de nez impertinent, une révélation malicieuse sous des apparences trop mornes. Une invitation au rêve.

Présentation par l'éditeur

Et si votre ombre n’en faisait qu’à sa tête !

C’est le matin. Une nouvelle journée commence ! Le soleil entre à flots dans la chambre et le jeune homme s’assoit sur son lit. Son ombre, quant à elle, reste tranquillement couchée. Le jeune homme arrive à attraper de justesse son métro avant de revêtir son uniforme et d’entrer dans le parc public dont il est le gardien.

Au rythme des images douces