Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

On m’appelle Enfant i

Sélection des rédacteurs
Catherine Gibert
Roman
à partir de 12 ans
146 pages
: 9782075122146
12.00
euros

L'avis de Ricochet

I ne dira pas son prénom. Il ne connaît même pas son âge (dix ans ?) puisqu’il a perdu son « Livre de Vie » – c’est-à-dire son passeport – en même temps que toute sa famille. Après avoir atterri dans un camp (où ? nulle part et partout…) avec d’autres enfants, il tente de réorganiser un quotidien entre ventre affamé et jeux à base de brindilles et de feuilles-marionnettes. Les gardes les toisent, mais quelques adultes veillent sur eux. M, E, R, V et tous les autres veulent croire en un avenir. Malgré des événements perturbants, le court ouvrage finit donc sur une ouverture totale.

Au-delà du sujet marquant, Steve Tasane, qui est aussi poète, travaille la forme : les chapitres sont introduits par les lettres qui désignent les enfants et composent des mots porteurs de sens (IRE…). En outre, le récit de I commence dès la première de couverture, envahit les pages de garde (la peur de manquer de papier). Bien qu'on suive les pensées du héros, le texte sobre et au présent dit explicitement peu d’émotions. Il les suggère à travers des menus faits et surtout des jeux et des jouets. Ce symbole de l’insouciance perdure envers et contre tout, espoir têtu plus fort que des mots ou des révoltes. Au final, cette forme du témoignage brut à hauteur d’enfant choque bien davantage qu’une histoire construite.

Présentation par l'éditeur

« Je ne vous raconterai pas mon histoire passée, plutôt celle de ma vie maintenant, ici, au camp, en commençant par aujourd'hui. Mon histoire débute ainsi... »

C'est l'histoire d'un petit garçon de dix ans, sans papier et sans famille. Il ne subsiste rien de son passé, pas même son prénom : dans le camp de réfugiés où il vit, il est l'Enfant I. Pour que son existence ait une valeur aux yeux du