Aller au contenu principal

Les nouvelles vies de Flora et Max

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 13 ans
250 pages
: 9782211239035
14.50
euros

L'avis de Ricochet

Dans ce deuxième tome, Flora sort de prison et Max de son isolement social (réf. au volume précédent). Après un long échange épistolaire, ils se découvrent enfin en chair et en os. Ces adolescents sensibles à l’imagination fertile sont animés par un projet commun : la sauvegarde d'une maison de retraite autogérée dans laquelle ils se plaisent à passer du temps. Parallèlement, Flora s’inscrit en anthropologie à l’université et Max met la main à la pâte comme apprenti cuisinier. Ils continuent de s’écrire, parce que c'est le moyen de communication qu'ils maîtrisent le mieux. Max et Flora, c’est l’histoire d’une rencontre magique entre deux êtres fragiles dans un monde qu’ils ressentent comme hostile. C’est aussi le pari de vivre au plus près de leurs préoccupations et de leurs idéaux.

Une série audacieuse et humaniste qui met en scène deux adolescents hors norme qui utilisent l'humour et l'intelligence comme armes face à leurs angoisses. Comme dans la fable du chêne et du roseau d'Esope, face aux vents contraires de l'existence, ils plient mais ne rompent pas. Unis par leurs différences et mus par une volonté de justice, ils montent au front pour dénoncer les abus de notre société. Écrit à quatre mains par Martin Page et Coline Pierré, ce récit engagé reflète bien les préoccupations d’une nouvelle génération confrontée à la saturation du marché du travail, à la difficulté de s’orienter lorsque l’on souffre de phobie sociale ou encore à la précarité de la vie liée à la perte d’emploi. Une écriture sensible à déguster accompagnée des chansons de Dominique A.

Présentation par l'éditeur

Les oiseaux rares ont besoin d’un refuge. Quand ils se sont connus, Flora et Max vivaient chacun dans une cage. Elle était en prison et lui vivait reclus dans sa chambre. Leur seul moyen de communiquer était de s’écrire des lettres.

Aujourd’hui Flora sort et elle revient à la vie. Mais revenir à la vie, ce n’est pas rentrer dans le moule. Elle va étudier l’anthropologie parce que c’est inutile,