Aller au contenu principal

Les deux routes : A1 vs N1

Sélection des rédacteurs
Marcel Cottier
Album
à partir de 3 ans
: 9782940408306
13.00
euros

L'avis de Ricochet

Sur la A1, dans une voiture bleue, un couple. L’homme conduit. La femme à ses côtés se tient à la poignée, elle a un cartable sur les genoux, et sourit. Un enfant assis sur la banquette arrière regarde par la fenêtre une grand-mère et son petit-fils. Le narrateur enfant épouse le regard des adultes, « nous traversons une pelote de routes tortueuses qui s’enroulent, se déroulent et s’enroulent de nouveau…. » et le discours assez stéréotypé sur l’autoroute : vitesse, uniformisation, repas chers et toilettes, informations partout. Un micro événement conclut le voyage et confirme ce discours : le péage dépassé nécessite de revenir en arrière... Arrivé à un bout, le livre réserve une surprise : il se lit aller-retour, chaque double page est découpée horizontalement, avec un graphisme filiforme, épuré, ascétique pour dessiner les maisons, les arbres dans deux couleurs : bleu pour la A1, rouge pour la N1.

Sur la N1 donc, dans une voiture rouge, une femme au volant et deux enfants, appuyés à la fenêtre regardent vers l’extérieur. Tout le monde a l’air heureux. Le voyage est raconté par « nous », les enfants-narrateurs à la fois ravis et ennuyés. La N1 nous entraîne de la ville à la campagne en passant par les banlieues un peu désertées, abandonnées aux chats. Des images séquentielles réparties dans la page illustrent le propos et le répètent : au milieu des animaux dans la campagne, une femme indique la route ; une vache coupe la route ; un peu plus loin un feu rouge arrête la voiture sans raison apparente. Le texte est structuré par la progression du temps et l’avancée de l’itinéraire : pique-nique et arrêt pipi, café et baby foot, plaintes du restaurateur qui déplore la route désertée. Le parcours se poursuit, les jeux, les montagnes, les zigzags de la petite route, les arrêts, l’énervement, l’arrivée au sein de la famille.


Dans une écriture simple, marquée par l’oralité avec par exemple, élision de la négation « c’est pas la peine de se presser » ,ou expressions vécues « maman nous hurle dessus », le récit ressemble à la réalité connue par tous avec laquelle les jeunes lecteurs s’amuseront. Les contrastes entre les deux routes sont soulignés. On ne saura pas si les chemins se croisent ou se rencontrent ; on est sur deux itinéraires de vie parallèles, chacun sa route, chacun son chemin. Les paroles banales égrenées dans les deux itinéraires acquièrent pourtant un relief important, et une poésie du quotidien émerge de ces fragments de vie minuscules qui nous ressemblent.

Présentation par l'éditeur


Les voyages en voiture font partie du quotidien, autant pour les adultes que pour les enfants. Comment ceux-ci les vivent-ils? Comment perçoivent-ils le déplacement, la vitesse, le monde extérieur de ce point de vue à la fois fixe et mobile qui caractérise la voiture? Selon la route qu’on emprunte, les réponses à ces questions sont très variables. C’est ce que montrent les auteurs de ce livre à