Aller au contenu principal

Le potager d'Alena

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 5 ans
: 9782330075163
13.90
euros

L'avis de Ricochet

Les pieds solidement campés en terre, pliée en deux, elle tire sur un gros navet, Alena. Vêtue de vert et rouge, en bottes et tablier on ne voit d’elle que son dos courbé et sur le haut de son crâne, ses cheveux noirs. Toute entière à sa tâche, elle est la solution de l’énigme que se pose la narratrice, une petite fille, qui observe de sa fenêtre ou en passant les évolutions d’un champ en friche.

Le récit alterne un plan large du territoire où sont dessinés à plat, les champs rouges ou verts, quelques arbres, le village, deux fermes et des pages en plan rapproché d’Alena au travail. Ces deux temps correspondent aux observations que fait la petite, ce qu’elle « ne sait pas » et que le dessin nous donne à voir. Passer de la friche au champ nettoyé suppose « que pendant la journée le champ va être désherbé, et la terre aérée » : Alena pliée en deux comme sur la couverture désherbe et avec un outil acéré, elle aère le sol. Sophie Vissière construit habilement cette temporalité, elle pique la curiosité du jeune lecteur à travers l’ignorance de la narratrice avec qui il note les changements du champ, strié de noirs sillons, couvert de « toutes petites pousses d’un beau vert brillant » qui paraissent beige sur le sol, de légumes bien alignés sans les sillons ou bizarrement vide à la fin. Entre chaque étape, Alena œuvre patiemment, avec détermination même si le dessin est parfois drôle. Quand rien ne change en apparence, Alena est représentée allongée sur le dos, les jambes en l’air en position relax, ou carrément endormie pendant que la pluie tombe…

Toute l’activité d’Alena souligne le travail souterrain de la maraîchère et le poids de travail que nécessitent de beaux légumes et quand la fillette rentre chez elle goûter les beaux légumes, sans un mot, Alena de dos prépare des confitures, celles que dégustera l’enfant sur sa tartine ! Travail incessant, travail gratifiant, modeste et obstiné, sans grand discours, en jouant entre le visible et l’invisible, l’auteure-illustratrice écrit avec quelques maigres moyens : des formes simples, des couleurs, une leçon de persévérance. C’est joyeux et méditatif, simple et évocateur de la noblesse du travail respectueux de la terre. Une vraie fable écologique, une narration très maîtrisée et inventive.

Présentation par l'éditeur

« Ce matin, comme tous les matins, pour aller à l’école, je passe avec maman devant un champ en friche… »

Quelle n’est pas la surprise de notre petite narratrice lorsqu’elle retrouve, quelques jours plus tard, ce même champ labouré ! Au fur et à mesure de l’année, on découvre alternativement l’évolution du champ et les gestes d’Alena, l’agricultrice.

Une mise en page élégante présente les plans