Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

La maison des reflets

Roman
à partir de 13 ans
: 9782748523249
16.95
euros

L'avis de Ricochet

Au milieu du XXIe siècle, les Maisons de départ accueillent des hologrammes des défunts dans le but de réconforter leurs familles. La psychologie de ces avatars est reconstituée à partir des souvenirs des vivants, et ils évoluent dans des décors soignés, sans cesse renouvelés. Daniel est le jeune fils et héritier du Manoir Edelweiss, une Maison de départ réputée. Il vit plus ou moins enfermé dans la grande demeure, entre son père, passionné par son métier, sa gouvernante austère et le reflet encombrant de son grand-père.

Un jour que l'adolescent s'aventure enfin dehors, il visite une fête foraine et rencontre Violette, la fille d'un marchand. C'est le début d'un amour qui passe par une correspondance fournie, puisque Violette ne cesse de voyager. Guidé par sa nouvelle amie, Daniel invente un magnifique décor de manèges et de stands de jeux pour le Manoir. Jusqu'au jour où Violette cesse brutalement d'écrire. La déception, l'inquiétude déclenchent chez Daniel une série d'actions qui vont le mener aux secrets du Manoir et de sa propre famille.

Camille Brissot mène d'abord une réflexion passionnante sur la place de la mort dans nos sociétés. Les Maisons de départ nient la disparition de ceux qui nous sont chers, en les immortalisant dans un éternel présent. En effet, les reconstitutions des défunts ne vieillissent pas et devraient finir par gêner leurs proches toujours vivants. Pourtant, si des « cérémonies de départ » des hologrammes, équivalant à un vrai deuil, sont bien prévues, elles sont aussi très peu utilisées. Derrière toutes ces questions se profile encore la technologie hyper-perfectionnée de ces reflets d'humains, et une Intelligence Artificielle (« la Ruche ») gourmande d'imiter et d'apprendre, prenant peu à peu ses aises avec la réalité, et dominant in fine les quelques hommes qui la font fonctionner.

Au centre de ce roman écrit simplement, le narrateur Daniel va donc être amené subtilement à remettre en cause sa façon de penser, en entraînant le lecteur avec lui. D'une histoire intime germent ainsi des interrogations universelles, profondes. Le livre se fait alors aussi original qu'inquiétant...

Présentation par l'éditeur

Depuis 2022, les Maisons de départ ressuscitent les morts grâce à des reflets en quatre dimensions qui reproduisent à la perfection le physique, le caractère, et le petit je-ne-sais-quoi qui appartient à chacun. Les visiteurs affluent dans les salons et le parc du manoir Edelweiss, la plus célèbre des Maisons de départ, pour passer du temps avec ceux qu’ils aimaient. Daniel a grandi entre ces murs