Aller au contenu principal

U4. Contagion

Nouvelles
à partir de 13 ans
: 9782092567180
16.95
euros

L'avis de Ricochet

Pour prolonger le plaisir à frissons, et aussi parce qu'ils ont aimé travailler ensemble, le quatuor d'auteurs à l'origine de la série U4 propose aujourd'hui un tome de nouvelles autour de son virus dévastateur. U4, un filovirus méningé, a provoqué une apocalypse totale chez les humains un certain mois de novembre. Le monde entier a été touché en quelques jours, et seuls ont été épargnés les adolescents. A la première ou à la troisième personne, ce tome accueille des points de vue divers (des jeunes survivants, des adultes sur le point de mourir ou pas, et Happy le chien), à des moments différents (juste avant la contagion, bien après…).

Des éléments des quatre livres précédents sont souvent repris, mais les éditeurs ont la gentillesse de l'indiquer au début de chaque nouvelle. On y comprend que la vie continue, que les jeunes grandissent et deviennent adultes à leur tour. Je ne vais pas tout vous dévoiler, mais j'ai par exemple aimé savoir ce qui arrive à Koridwen à la recherche du temps perdu… Deux courtes bandes dessinées viennent égayer l'ouvrage en reprenant des épisodes des tomes déjà parus. Enfin, les auteurs ont laissé la parole à quatre de leurs fans : suite à un concours, ils ont gagné la publication de leur propre nouvelle – et leurs écrits se fondent plutôt bien dans la masse de ceux des « vrais » écrivains ! –.

On aurait pu penser que ce cinquième livre aurait des ambitions strictement commerciales. Elles sont heureusement romanesques, avec des approches novatrices, des ajouts encore stimulants. Et puis, le genre de la nouvelle y trouve une publicité bienvenue. Indispensable dès qu'on a lu les histoires plus longues de Koridwen, Yannis, Jules et Stéphane !

Présentation par l'éditeur


Le virus U4 a décimé 90% de la population mondiale, n’épargnant que les adolescents entre 15 et 18 ans et de rares adultes. Jules, Koridwen, Stéphane et Yannis font partie des survivants. Mais ils ne sont pas les seuls...



« Je m’appelle Séverine, le monde est ravagé et je crois que je suis enceinte. Je m’appelle Philippe, moi, président de la République française, je n’ai pas pu sauver ma propre