Aller au contenu principal

Terrienne

Roman
à partir de 13 ans
: 9782070637232
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Imaginez une petite route départementale dans les environs de Montbrison, cherchez un panneau très discret qui indique « Campagne, 3,5km ». Suivez ce panneau et alors, vous ne serez plus sur terre, vous serez ailleurs. Vous arriverez à Campagne, une ville silencieuse, blanche, aseptisée, moderne. Vous y verrez des gens presque comme nous, vêtus très sobrement, au regard étrange, à la démarche raide. Ces gens-là ne respirent pas, ne chantent pas, ne pleurent pas, ne rient pas, n’éprouvent pas de sentiments. Leur nourriture est fade, leur ennui profond, tellement profond que la plupart d’entre eux, lorsqu’ils atteignent l’âge de cinquante ans, s’assoient sur le sol et ne bougent plus. La brigade sanitaire les emmènera alors par le chemin de fumée à Estrella, où ils seront brûlés.
C’est dans ce monde glacial qu’arrive un soir la jeune Anne Collodi. Elle est à la recherche de sa sœur aînée, Gabrielle, qui a mystérieusement disparu avec son mari, le lendemain de son mariage. Un an après la disparition de Gabrielle, Anne a reçu un appel au secours, par l’intermédiaire de la radio.
Elle arrive donc à Campagne, trouve une chambre à l’hôtel Légende où elle rencontre Mme Stormiwell. Celle-ci est passionnée par les Terriens, fascinée par leur respiration et leurs étranges coutumes, et elle aide Anne à se comporter dans ce monde pour passer inaperçue. Elle l’aide au péril de sa vie car à Campagne, les Terriens ne sont pas les bienvenus, considérés comme primaires, vulgaires, porteurs de microbes et de maladies. Elle lui apprend que des femmes terriennes sont enlevées par les responsables du gouvernement. Anne poursuit sa quête, rejointe par Etienne Virgil, un vieil écrivain solitaire qui l’a prise en stop sur la route qui menait au passage entre les deux mondes. Ils se rendent ensuite à Larena où Anne pense localiser Gabrielle. Elle fait la connaissance de Bran, un jeune hybride, né d’une mère terrienne, qu’elle a déjà rencontré lors du mariage de sa sœur. Bran va l’aider dans ses recherches. Les Terriens le passionnent, la terre a, pour lui, le goût du bonheur perdu, et Anne l’attire. Le chemin qui mène à Gabrielle est encore long et périlleux.
Chaque roman de Jean-Claude Mourlevat procure un bonheur sans cesse renouvelé. Mourlevat a l’art de surprendre ses lecteurs, de les emmener là où ils ne l’attendent pas. Bien sûr, dans chacun de ses textes, on retrouve son goût pour les contes, il en extrait une matière et la refaçonne. Il y a de la Barbe Bleue dans Terrienne, entre autres matières. Le monde blanc qu’il imagine, par lequel on accède par une route banale, est effrayant, et rappelle celui de Huxley dans Le meilleur des mondes. Il nous interroge sur la capacité des hommes à créer leur propre enfer, au nom de la rentabilité et la sécurité. Il nous renvoie aussi sur nos propres peurs et à notre rapport à cette bonne vieille Terre qui, malgré ses plaies et ses déchirures, est encore une planète bleue.

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 10/30/2013 16:00

Ce livre m'a énormément plus. Il est émouvant et les personnages sont très attachants.L'histoire nous garde en haleine jusqu'à la fin! C'est l'un de mes livres préférés.