Aller au contenu principal

Si j'étais un pingouin

Juliette Le Roux
Juliette Le Roux
Album
à partir de 3 ans
: 9782844208668
14.00
euros

L'avis de Ricochet

D’emblée, la couverture interroge. Ce pingouin à la bouille sympathique, qui fixe le lecteur, comme le reflet d’un miroir, semble lui poser la question : « Et si tu étais un pingouin ? ». Chaque double page fait vivre une situation propre à la vie du pingouin, qu’elle soit vraisemblable, humoristique ou fantaisiste : le pingouin mange un poisson, s’enfuit devant un orque, construit un pingouin de neige…
Tout d’abord, saluons l’univers graphique de Juliette Le Roux. Le pingouin, dessiné au crayon avec beaucoup d’adresse, est attachant, et son regard fixe lui donne une personnalité troublante. Le choix de dessiner la banquise, en arrière-plan, d’un seul trait de crayon bleu, donne au décor un aspect épuré, polaire, presque abstrait. L’ensemble pose, au début du livre, une ambiance poétique, onirique même, voire déroutante : la foule de pingouin, tous identiques, tous inexpressifs jusqu’à l’excès, la famille de pingouins qui ne diffèrent que par leur taille, poussent le lecteur à chercher un sens à cette volonté du narrateur de s’identifier à cette absence totale d’individualité. Depuis Max et les Maximonstres de Maurice Sendak, on sait jusqu’à quel point une histoire d’enfant qui rêve peut soulever des questions profondes chez le lecteur…
Mais cette recherche du sens, cette ambiguïté, posées dans l’introduction, ne semblent pas se poursuivre : les pages suivantes montrent des situation amusantes et poétiques, sans pour autant amener de réel décalage entre le texte et l’image, comme il avait semblé au départ. L’interprétation de la vie du pingouin par le narrateur reste proche du premier degré, et l’histoire s’achève sans surprise sur un enfant endormi dans un costume de pingouin, rêvant sans doute de son animal préféré. On se prend à relire, à comparer et analyser chaque page où des indices porteurs de sens auraient pu être disséminés : des objets de la chambre qui se retrouvent dans la vie du pingouin, une valise défaite qui pourrait nous éclairer sur la vie de cet enfant, bref quoique ce soit qui puisse apporter un sens caché à une histoire de rêve animalier très classique, éclairer un niveau de lecture amenant le lecteur plus loin que le simple voyage plus ou moins gratuit dans l’imaginaire, un thème suremployé de la littérature de jeunesse.
Mais peut-être ne faut-il pas chercher midi à quatorze heures, ni vouloir trouver du sens partout ; en ce cas, contentons-nous de savourer un petit livre aux dessins très agréables, qui fera certainement rire les plus jeunes.