Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Si jamais…

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 13 ans
: 2012013538
16.00
euros

L'avis de Ricochet

David Case, 15 ans, prend subitement conscience que chaque acte qu’il commet ou non entraîne une foule de conséquences, et qu’il ne maîtrise rien. Pire, il est persuadé que le Destin le poursuit. Espérant passer inaperçu, il change de style vestimentaire, d’identité et de nom pour devenir Justin Case (« Just in case », « juste au cas où » en français). Dans une friperie, il croise Agnès, jeune photographe excentrique qui s’intéresse à son cas. Justin, accompagné de son chien invisible Gaillard, tentera d’échapper au Destin, navigant entre ses délires paranoïaques et son amour pour Agnès. Comme dans Et maintenant c’est ma vie, Meg Rosoff brise les conventions de genres. Si jamais… est autant un roman réaliste que fantastique, sans que la frontière ne soit jamais balisée. Les éléments réels et tangibles de la vie de Justin (sa famille, son désir sexuel naissant) sont mêlés à d’autres totalement fantastiques (la voix du Destin, l’intelligence méconnue de son petit frère, son chien invisible) et se retrouvent parfois, dans les personnages d’Agnès et de Théodora par exemple.
Fable sur l’adolescence où l’individu perd ses repères et perçoit avec une sensibilité accrue la vie et la mort, Si jamais… dépasse les clichés du genre et prenant le contre-pieds des romans très réalistes.
En tant que roman fantastique peuplé de créatures magiques et ambiguës, dans un monde terrorisé par le monstre Destin aux pouvoirs immenses, il pourrait se comparer à Alice aux Pays des Merveilles ou Le Magicien d’Oz.
Les personnages sont pleins de subtilité, impossible à cerner totalement.
Dans cette atmosphère toujours campée entre réel et imaginaire, même les pires horreurs prennent une dimension poétique, comme le crash aérien auquel Justin échappe de justesse.
Des moments simples et concrets deviennent magiques, comme les courses éperdues de Justin, ou lorsqu’une plage de la mer Baltique s’éclaire d’un coup de mille pierres d’ambre.

Magnifique roman philosophique, ovni dans la production éditoriale jeunesse d’aujourd’hui, ce roman marque par son étrangeté, ses genres intimement mêlés et ses innombrables niveaux de lecture. ( Céc. G.)

Seconde lecture :
Après avoir failli laisser tomber son petit frère d’une fenêtre, David Case se met à avoir peur de son destin qu’il imagine forcément horrible. Pour lui échapper, il s’invente un nouveau nom (Justin Case : « au cas où » en anglais…), un chien imaginaire, s’habille différemment et s’installe dans un aéroport, lieu anonyme. Mais les événements s’acharnent, et il se réfugie chez Agnès, une photographe dont il est amoureux. Elle finit par le chasser, et David-Justin va alors habiter chez son ami Peter. Jusqu’à ce que la fatalité le rattrape…
Comme dans Maintenant, c’est ma vie, le présupposé sur lequel se construit l’histoire est très original : un adolescent veut littéralement fuir ce qu’il pense être son destin, comme si ce dernier était une personne. Le héros devient torturé, fou, en a d’ailleurs conscience (« […] c’est seulement que je perds la boule la moitié du temps et que je ne ressens rien du tout le reste du temps. », p. 224). Et si ses proches cherchent à le reconnecter avec la réalité que nous connaissons tous, une narratrice vient troubler le lecteur : dans des passages en gras, ni plus ni moins que la destinée s’exprime et affirme jouer avec Justin. C’est intelligent et complexe, et cela permet à l’auteur de nombreuses digressions philosophiques via les discussions des protagonistes ou les monologues intérieurs de David-Justin. Les personnages secondaires ont tous une épaisseur et un rôle, d’Agnès la femme rêvée à Peter le copain solide et tranquille, en passant par Charlie, le petit frère aux pensées d’adulte dans un corps et des attitudes d’enfant, Dorothea, la sœur de Peter si mature et logique… Avec un narrateur omniscient et une attention portée exclusivement sur le psychologique, le ton est dégagé, conférant aux aventures du héros un caractère absurde, drainant aussi le roman vers l’essai théorique. On hésite entre rire et s’apitoyer sur David-Justin, mais on réfléchit à coup sûr. (S.P.)

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 04/18/2009 20:28

Superbe,surprenant et m'a donné envie de lire les autres.
Pour ma part, une belle découverte ....

le 08/01/2008 11:09

moi jai lu le livre maintenant c'est ma vie et je peux vous dire que jai ete boulverse et jen ai pleure ce livre est si triste et a la fois attachant. L'intrigue est jusqu'au bout mais surtout ce livre permet de vous remettre en question sur beaucoup de valeurs importante.

le 04/27/2008 15:45

Un livre très touchant et boulversant. J'ai vraiment ADORE. C'est un des plus beau livre que j'ai jamais lu.
A lire ABSOLUMENT!!!

Du même auteur

Au bout du voyage

Roman
à partir de 13 ans
Sélection des rédacteurs
Avis de lecture

Au commencement ily avait Bob

Roman
à partir de 15 ans