Aller au contenu principal

Mon chien qui pue

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 4 ans
: 9782732470153
7.90
euros

L'avis de Ricochet

Alfred fait partie de la catégorie des « Super-toutous », de ceux qui savent jouer au foot, qui sont hyper forts à chat, qui connaissent tous les noms des arbres, et qui savent retrouver les doudous perdus. Seulement voilà, le hic avec Alfred, c’est qu’il empeste, qu’il cocotte, qu’il fouette, qu’il schlingue. En résumé, Alfred pue.
Or le jeune propriétaire d’Alfred doit prochainement déménager à « Nouyorque » et il craint qu’à cause de l’odeur pestilentielle de son ami canin, ce dernier ne puisse monter dans l’avion et partir là-bas avec lui.

Aux grands maux, les grands remèdes, le garçon fait donc subir à l’animal un toilettage en bonne et due forme. L’opération est réussie : Alfred « sent bon, le frais, le grand air, la citronnelle ». Mais avec les odeurs de champignons pourris, de boue moisie, de feuilles en bouillie et de croûtes de fromage rassis, c’est aussi la bonne humeur de Alfred qui est partie. Le garçon s’interroge… Comment retrouver l'Alfred d’antan ?

A l’aide de « gribouillages » savamment mis en pages et de crayons de couleurs dont elle use sans modération, Christine Roussey raconte avec humour et tendresse, une histoire d’amitié entre un jeune garçon et son chien. Au travers du lien indéfectible qui unit les deux personnages, l’auteure parvient à transmettre aux jeunes lecteurs un véritable et sincère message de tolérance. Message que la morale de cette histoire aussi pragmatique que criante de vérité résume et conclut à merveille !

L'avis des internautes

Les avis exprimés ci-dessous n'engagent que leurs auteurs
le 01/22/2016 17:31

c'est rigolo

Présentation par l'éditeur


Alfred c’est mon chien ! Il est gentil, super fort au foot, hyper fort à chat. Il court très vite, me suit partout et ne m’abandonne jamais ! Alfred, je l’aime, je l’aime, mais...
IL PUE !
Le jeune narrateur de cette drôle d’histoire est désemparé. Son chien, Alfred, sent mauvais, mais alors très mauvais.
Allez, c’est décidé, Alfred mérite un bon bain.
Malheureusement, après le lavage intensif,