Aller au contenu principal

Mirolioubov

Album
à partir de 7 ans
: 9782812611117
12.90
euros

L'avis de Ricochet

Miroloubov, Piotr de son prénom est un petit homme rond, un peu chauve, caractéristique des personnages de José Parrondo. Son nom nous donne une indication précieuse puisque c’est un mot-valise composé de « regard » et « amour » acclimaté à la mode slave grâce au prénom. Voilà donc un homme centré sur lui-même qui se regarde vivre. A la façon des comptines à contre-sens « je me lève de bon matin quand le soleil se couche », l’auteur-illustrateur nous emmène sur des chemins curieux où Piotr agit de façon absurde. Nous le suivons au cours d’une journée de sa vie routinière encadrée par deux temps forts : « Il se lève avant d’avoir fini sa nuit. Il garde un peu de sommeil pour plus tard. » et « Il s’endort une heure avant d’avoir sommeil ». Entre les deux, il se pose des questions métaphysiques telles que : « Où passe le sucre qui disparaît dans la tasse ? » ou « Lorsqu’ils tombent est-ce nous qui quittons nos cheveux ou l’inverse ? ». Il se promène et se demande s’il est dedans ou dehors. Comme Gribouille pour éviter d’être mouillé par la pluie, il plonge dans la rivière… Le trait et la couleur de José Parrondo accompagnent ce personnage paradoxal en le multipliant dans la page : double face au miroir ; avec six bras lorsqu’il cherche ses clés ; multiplié par quatre lorsqu’il ne sait pas s’il est dedans ou dehors. Sa lutte contre les éléments, le vent, les nuages, l’arbre est drôle et pathétique, il s’accroche à un arbre pour l’empêcher de tomber sous le coup de la tempête ! Ces alliances de contraires, dérision et métaphysique ; puérilité et profondeur ; complexité des formulations et simplicité du dessin, sont déroutantes. Selon le goût que l’on a pour les histoires loufoques, on restera de marbre, ou, au contraire, sensible à l’humour et la poésie, ce Mirolioubov déclenchera une franche hilarité !

Présentation par l'éditeur


Ce matin, Mirolioubov se lève avant d’avoir fini sa nuit, il garde un peu de sommeil pour plus tard. Il a bien raison car une grande journée l’attend en une série de situations absurdes. Mirolioubov voit le monde à sa manière avec une façon très particulière d’interpréter les événements, un peu en dépit du bon sens. On y retrouve, en creux, toute la poésie de José Parrondo qui nous offre un autre