Aller au contenu principal

L'homme qui a séduit le Soleil

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 11 ans
: 2266179535
16.00
euros

L'avis de Ricochet

Combien de générations de collégiens ont lu Le Faucon déniché ? Ce roman historique, dont l’action se déroule pendant le Moyen Age est sans nul doute l’un des romans pour la jeunesse les plus prescrits ! Jean-Paul Noguès, son auteur, a été enseignant et il est à présent en retraite, ce qui lui laisse le temps d’écrire à nouveau.
Avec L’Homme qui a séduit le Soleil, Noguès renoue avec le roman historique, genre dans lequel il excelle et il nous entraîne dans le Paris du 17ème siècle, en compagnie d’un adolescent, Gabriel. Celui-ci rêve de devenir comédien et il passe la plus grande partie de son temps sur le Pont-Neuf, où se trouvent les bonimenteurs et les baladins, les jongleurs, les docteurs miracle, et puis Beppino, le Vénitien qui joue le matamore dans la commedia dell’arte. Gabriel joue avec lui et « par la magie d’un vêtement d’emprunt, il est un autre. »
Un homme observe Gabriel sur le Pont-Neuf, attentif : « Une mélancolie, que ne parvenait pas à effacer l’acuité du regard, donnait à son visage aux traits assez lourds un air de bonté, relevé d’un rien d’impertinence par une fine moustache comme en portaient les jeunes gens dont visiblement il avait passé l’âge. C’était un bourgeois, à en juger d’après sa chemise au col bouillonnant de dentelles sur un justaucorps de velours négligemment déboutonné. » Cet homme, c’est Molière,  « le sieur Molière de la salle du Palais-Royal, de la troupe de Monsieur », s’étonne Gabriel. C’est ainsi que le garçon arrive un matin dans la vaste maison qui dépend du Palais-Royal, près du Louvre, où logent Molière et sa troupe. Il sera moucheur de chandelles au théâtre. Une nouvelle vie commence : Gabriel apprend à connaître les membres de la troupe : Madeleine, Geneviève et Joseph Béjart, la Du Fresne, les Du Parc, les De Brie, La Grange qui tient son registre très précis des spectacles joués et des recettes, et puis la jeune Armande, que Molière envisage d’épouser. Gabriel observe, note les rivalités au sein de la troupe pour les meilleurs rôles, apprend à ses dépens combien le célèbre Montfleury, le tragédien de la troupe de l’Hôtel de Bourgogne, déteste Molière son rival. Et puis il y a le jeune Louis XIV, qui s’inquiète de la puissance et de l’étalage de luxe que montre son surintendant Nicolas Fouquet. Ce dernier organise une fête somptueuse en son château de Vaux-le-Vicomte, le 17 août 1661, à laquelle il convie le roi (qui n’a pas encore son Versailles) et la cour. Molière écrit en quelques jours une comédie-ballet, Les Fâcheux, que la troupe joue en cette occasion. Gabriel n’en revient pas : jouer devant le roi, lui un gamin des rues !
La verve et l’aisance de Noguès font merveille dans ce très bon roman qui permet aux jeunes lecteurs –et aux moins jeunes d’ailleurs !- de découvrir l’époque de Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière, et la bonne ville de Paris. Les personnages dont ils ont déjà entendu parler, JC Noguès les fait vivre, dans leur quotidien et leur lieu de vie, montre leurs conditions de travail, leurs doutes, leurs fêlures aussi, et leur transformation lorsqu’ils sont sur scène et qu’ils deviennent magnifiques ! Ils sont extraordinairement proches de nous, Molière n’est pas qu’un écrivain dans un livre scolaire, il est un homme, qui écrit parfois dans l’urgence, qui doit concilier création et protection, qui doit veiller à la cohésion de sa troupe, qui aime aussi … C’est l’une des grandes réussites du roman, qui se lit par ailleurs très agréablement, dont la trame repose sur une solide documentation, jamais pesante. On apprend énormément de choses sur les conditions de vie et de travail des comédiens et sur la personnalité de Louis XIV.