Aller au contenu principal

La vie au bout des doigts

Sélection des rédacteurs
Scripto
Roman
à partir de 13 ans
: 9782070661961
14.50
euros

L'avis de Ricochet

Après avoir passé des années sans joie à être montrée du doigt dans un pensionnat, Guenièvre est soulagée de rejoindre sa grand-mère « guérisseuse » et Perpétue, la cuisinière qu'elle affectionne. Toutes deux habitent le manoir, une ruine perdue dans la campagne française. On est en 1913, la jeune fille a fêté ses 13 ans et s'interroge sur le « don » qu'elle posséderait aussi. Une année plus tard, la guerre éclate, les hommes sont mobilisés et les femmes se retrouvent seules à gérer un quotidien de plus en plus difficile. A la mort de sa grand-mère, Guenièvre s'engage comme infirmière au chevet des soldats blessés qu'elle soulage grâce à ses talents de magnétiseuse. Posséder un don dans ces conditions se révèle précieux et permet à la jeune femme, après bien des années d'errance psychique, de donner du sens à sa vie. Puis, elle retrouve sa mère (déclarée morte) enfermée dans un asile d'aliénés. Les années passent, la guerre s'éternise et les morts s'accumulent laissant les survivants désemparés...

Oriane Charpentier signe un roman sensible, dense et touffu qui s'articule autour de deux axes centraux : le magnétisme et la Première Guerre mondiale. L'auteure parle des dommages collatéraux de la guerre, en choisissant comme personnages principaux les femmes et les enfants, « ceux qui restent dans l'ombre » et avancent contre vents et marées pour ne pas sombrer. Elle décrit longuement leur quotidien rude et précaire. Puis, des chapitres entiers sont consacrés à la vie dans les tranchées, au quotidien des poilus. Le journal intime particulièrement touchant d'un soldat tué complète le tableau de ces années noires. Le contexte historique est abordé avec exactitude. Pour alléger la lourdeur du propos, Oriane charpentier glisse plusieurs allusions sous forme de clins d'œil, à notre contemporanéité. Mais, comme le dit si bien Perpétue, à quoi bon écrire puisque « les images ont tué l'imaginaire » avec l'invention du cinématographe, les enfants ne lisent plus…
Un roman passionnant et qui continuera, une fois refermé, à alimenter et à interroger l'imaginaire de ses lecteurs.

Présentation par l'éditeur


Novembre 1913. Après plusieurs années de pensionnat, Guenièvre, quatorze ans, est une jeune fille rejetée et mal dans sa peau. Certains la traitent de sorcière... Seule l'amitié de Pauline, qui l'ouvre aux réalités de son époque, illumine son existence. La Belle Époque bascule alors dans la Grande Guerre et la vie de chacun, hommes, femmes, enfants, s'en trouve bouleversée. Guenièvre devra se