Aller au contenu principal

La face cachée du prince charmant

Album
à partir de 4 ans
: 9782812617799
15.00
euros

L'avis de Ricochet

Plus sûrement que la transformation d’une grenouille en prince charmant, les compères Guillaume Guéraud et Henri Meunier ont trouvé le moyen de révéler, sous ses habits trompeurs, « la face cachée du prince charmant ».

La gomme magique de Guillaume Guéraud fait office de révélateur et le crayon acide d’Henri Meunier fait le reste.

Partant d’un prince énamouré, roucoulant sous le balcon de sa belle princesse, toujours propre dans son uniforme, un jeu d’écriture, sous forme de rature rageuse, suffit pour en faire un personnage sale, peu reluisant, vivant à l’écart de tous, au désespoir de son chat et de son cheval.

Ainsi tous les traits de caractère qui signalent un vrai prince sont tournés en dérision. Brave, il ne l’est pas, érudit non plus, gourmet pas plus. Au contraire, il est peureux (et court se cacher auprès de sa mère), il dit des gros mots et se conduit très mal à table… L’auteur cache ou découpe les mots positifs pour leur faire dire le contraire. Ainsi la première phrase « le prince charmant porte une veste d’uniforme toujours propre » devient « le prince charmant porte une vest d'uniforme toujourspropre».

On n’a pas le point de vue de la princesse mais vraiment, ce prince charmant ne fait pas rêver… et c’est très bien puisqu’il « est juste comme toi et moi », dit le narrateur.

La virtuosité du texte « réversible » impressionne. A dire vrai, même le portrait élogieux n’inspire guère la sympathie, Guillaume Guéraud utilise un langage très précieux et plutôt ridicule. Il paraît bien vaniteux ce prince et les dessins d’Henri Meunier qui le dépeignent comme un niais ne le présentent pas à son avantage. Le texte est plutôt construit comme une revanche, un anti-prince qui au moins est vraisemblable et ses gros mots, son attitude désinvolte réjouiront tous les enfants et on pourra jouer avec eux et utiliser le procédé pour d’autres métamorphoses…

Présentation par l'éditeur

Suivant le procédé du caviardage (couverture partielle en noir du texte et des images pour changer un propos), l’album fait le portrait en négatif d'un prince charmant qui par la magie se révélera être un enfant très ordinaire.

Feuilleter un extrait