Aller au contenu principal

Il va pleuvoir

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 4 ans
: 9782203157194
14.95
euros

L'avis de Ricochet

Qui s’y pique
S’y pluie

Telle est la devise malicieuse qui ouvre l’album d’Anne Herbauts Il va pleuvoir. Nils et Nour, les deux hérissons de la couverture, s’imposent à notre regard, entre confort et inquiétude. L’un grignote un biscuit, l’autre, une patte sur un livre, lève les yeux vers le ciel vide…

Dès la première page le charme opère. Une menace pèse dans les lourds nuages gris-bleu rejoints par la fumée qui s’échappe d’une maison fermée sur elle-même. Un discours s’exprime sans énonciateur : « Ils disaient [...] ». Qui sont-ils ceux qui prédisent l’orage et la pluie ? Banalité du discours des grands au creux de leur « coquette maison douillette », universalité à leurs yeux de la menace qui peut venir de partout, « de loin ».

Le « Il va pleuvoir », comme un refrain de la menace, est déjoué par l’espièglerie de Nils et Nour qui jettent des brindilles, petits bateaux dans le ruisseau. Ou bien, en tournant le dos au bon chocolat des grands, ils regardent un album de Pierre et le Loup, appel de la nature et audacieuse liberté du petit Pierre. Dans un entretien accordé à Télérama, Anne Herbauts dit son attachement à « l’idée que le livre fait le livre, que le livre naît du livre ». On voit ici comment le conte russe influence les petits. Source de jeux et d’identification, il est l’antidote à l’ombre qui s’étend, à l’immobilité qui fossilise.

Le rythme s’accélère, l’écriture galope, Nils et Nour rament dans leur arrosoir rouge à contre-courant. Ils vivent à leur mesure l’épopée du voyage et la découverte de la terre ferme où la vie peut reprendre. Les couleurs changent, les oiseaux volent sur le ciel multicolore et Nour « observe l’intermittence des branches à travers le feuillage ».

Sans insistance, ni moralisme, Anne Herbauts parle à notre imagination, notre sensibilité, notre intelligence. Chacun pourra lire cette histoire comme une fable, un conte d’avertissement, écriture et dessin vont à l’essentiel. Sa parole forte et sa musique douce réconfortent, Nour et Nils ouvrent la voie.

Présentation par l'éditeur

Les grands regardaient à la fenêtre. 
Ils disaient, « Il va pleuvoir ».
Chaque jour ils disaient, « Il va pleuvoir ».
Alors Nils et Nour décident de remonter la rivière avant que la pluie les enferme.

Feuilleter un extrait