Aller au contenu principal

Guerres

Roman
à partir de 13 ans
: 9782896518142

L'avis de Ricochet

Un petit garçon demande à son papa qui part à la guerre: «C’est quoi être brave papa?» Et le père de répondre : « C’est avoir peur et faire la job quand même. »

Des phrases comme celles-là, simplissimes mais mémorables, on en trouve un chapelet complet dans le roman Guerres de Charlotte Gingras.

Destiné aux ados, ce roman solidement documenté est rédigé avec une telle poésie et une si grande finesse psychologique qu’un lecteur adulte sera aussi conquis et nourri qu’un ado.

La routine sereine d’une famille bascule quand le père part en mission avec l’armée, en Afghanistan, pour plusieurs mois. Il laisse derrière lui, à Québec, sa femme et ses trois enfants. En l’absence du père, la famille se désagrège à petit feu. La mère sombre dans la déprime, le petit frère se bat à l’école et la grande sœur éclate en sanglots en pleine rue.

Le récit alterne entre deux narrateurs : Luka, 9 ans et Laurence, 15 ans. Leur voix est tellement forte, tellement distincte, qu’on a l’impression que l’auteure avait neuf ans et 15 ans aussi, pas plus tard qu’hier.

On sent jusque dans nos tripes la peur de Luka et Laurence lorsqu’ils regardent le bulletin de nouvelles avec ses images de cercueils de soldats tués en Afghanistan. On la sent, telle une chape de plomb, l’angoisse du jeune Luka qui dit à son papa : « N’oublie pas ton gilet pare-balles, ni ton casque, papa. N’oublie pas de rester vivant. »
On l’entend comme un grondement sourd, la rage de Laurence, qui ne comprend pourquoi son père, un réserviste, est parti volontairement en Afghanistan. Et cette ado blessée se pose une question à fendre le cœur : est-ce que son père aime plus l’adrénaline que ses enfants?

Ce livre n’a rien d’une harangue antimilitariste. L’auteure pose moult questions sur la guerre mais n’y répond pas, évitant ainsi le piège du discours moralisateur.

Remarquez le titre. Remarquez le pluriel du mot Guerres. Car si ce roman parle de guerre en Afghanistan, il aborde aussi les guerres intimes, celles qui ravagent une famille et celles qu’on se livre à l’intérieur de soi. C’est là toute la profondeur et la complexité du roman de Charlotte Gingras, roman qui s’avale pourtant d’une traite.

Cette auteure maintes fois primée a une touche d’une délicatesse exemplaire, une plume fabuleusement nuancée. Aussi habile à évoquer les chuchotements tendres que les révoltes rageuses, Charlotte Gingras décrit de façon magistrale les contradictions de ses personnages. Et son roman se déploie superbement, intense sans être lourd, sombre et lumineux en même temps.

Présentation par l'éditeur

Une famille. Un père parti à la guerre. L’attente. L’Afghanistan. La famille de Nathan tente de vivre l’absence au quotidien. Sans le pilier du père, la mère et les enfants vacillent, les rôles deviennent flous. Enfin, le retour, la permission. Mais la guerre est encore là. Elle fait partie de la famille. Elle fait avancer un peu plus vite – un peu trop vite ? – le chemin de chacun. Ce livre peut