Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Condamnés au XVIIIè siècle

Sélection des rédacteurs
Documentaire
à partir de 14 ans
: 9782844207081
8.90
euros

L'avis de Ricochet

Sous l’Ancien Régime, la justice s’exerce différemment selon son statut social, selon l’endroit où l’on se trouve en France, etc. Une unité cependant : l’idée que le pouvoir absolu du roi est mis en cause dans tout délit, et donc que la peine devra être spectaculaire. Notons que l’accusé n’a pas le droit de se défendre à son procès… Il n’y a pas de prisons, mais des châtiments en place publique, et l’envoi aux galères. Etre jugé fait peur, fait honte aussi. Tout cela donnera matière à réflexion aux penseurs de Lumières. Voltaire, en faisant grand bruit autour d’un cas particulier, contribuera à la mise en place, après la Révolution, d’une justice unifiée et centrée sur la réhabilitation du condamné.
Arlette Farge, historienne spécialiste du XVIIIème siècle, s’exprime de façon simple, logique, limpide : un vrai bonheur qui fait oublier l’austérité de la mise en page. En grands chapitres et petits points, elle dresse – curieusement à rebours du déroulement chronologique : les peines avant les procès - une situation qui paraît aujourd’hui ubuesque. Illustrant son propos d’extraits des Archives de la Police, du Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier, elle donne aussi à voir la vie quotidienne de l’époque. La comparaison avec notre XXIème siècle est inévitable, et, si force est de constater les immenses progrès tant philosophiques que logistiques accomplis, Arlette Farge ne se prive pas, en conclusion, de rappeler que la France n’a aboli la peine de mort qu’en 1981… et que la justice demeure une notion fluctuante. Documentaire à la croisée de l’histoire et de la sociologie, Condamnés… est à sa façon un véritable acte de citoyenneté.