Aller au contenu principal

Catrina

Album
à partir de 6 ans
: 9782358711272
15.00
euros

L'avis de Ricochet

Après un fastueux repas composé de divers délicieux mets mexicains et arrosé de tequila, Alejandro rentre chez lui. Au détour d’une rue, il aperçoit une silhouette féminine. Est-ce sa belle épouse Élisabeth ? Et non, c’est Catrina, femme squelette et sainte patronne des morts ! Que lui veut-elle donc ?

Ce sympathique poème guide le lecteur à travers un parcours émotionnel décrit en quelques pages : d’un point de départ humoristique, l’histoire transite par des épisodes effrayants pour finalement aboutir à un sentiment de réconfort. Si plusieurs éléments liés à la culture mexicaine de manière stéréotypique (piñata, nourriture tels les quesadillas, tequila) sont présents, la façon d’aborder la célèbre fête du jour des morts, et par conséquent la mort en elle-même, est quant à elle originale. Face à un sujet très sérieux, les illustrations en pâte à modeler très colorées, le violet omniprésent et les rimes facétieuses offrent un contraste qui amène de la légèreté, dédramatise. L’histoire ne cherche pas à cacher la gravité de la situation mais donne tout de même une note d’espoir. La mort est représentée dans chaque image et dans chaque cadre entourant le texte (par des crânes et des ossements qui rappellent Catrina) mais des plantes et des fleurs l’accompagnent également à chaque fois. Cela évoque les fameux maquillages réalisés à l’occasion de la fête mexicaine mais aussi l’idée de cycle, d’une certaine renaissance de cette dépouille mortelle à travers la nature, comme si le cadavre, et donc la mort, servait d’engrais aux plantes, et donc à la vie, un peu à la manière des Fleurs du mal. Un très joli album dont la lecture peut s’avérer utile si l’on souhaite aborder la notion du deuil sans pour autant s’appesantir.

Présentation par l'éditeur

Alejandro rentrant chez lui après un bon repas, rencontre au coin d’une rue une femme pour le moins… squelettique.

Une immersion au plus près des cérémonies de la fête des morts au Mexique.