Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Brune et Jules

Roman
à partir de 12 ans
: 9782350005515
13.95
euros

L'avis de Ricochet

La vie de Brune est souvent un enfer. Sa mère est alcoolique et ne s’occupe pas de ses enfants. C’est Brune qui la remplace auprès de son petit frère et de sa petite sœur. Elle les nourrit avec le peu d’argent que lui donne sa mère, les aime, les protège. Son beau-père, qui ne rentre que le week end, est violent, coléreux, et son attitude envers Brune est ambiguë.
Son père vit très loin de là et ne pourrait croire ce que vit Brune. Aussi garde-t-elle ce secret qui lui pèse terriblement, son angoisse monte d’un cran quand son beau-père est là. Brune se sent seule et ne voit guère d’issue. Pourtant, elle aime les promenades sur le port, le dessin et le théâtre. Mais elle s’interdit de rêver.
Une rencontre va changer sa vie. C’est Jules, un vieil homme solitaire, qu’elle voit souvent sur le port.
« Il est là …
Régulièrement, il traîne sur le remblai.
Souvent quand je suis ici à dessiner.
Discret, je le sens qui s’intéresse.
Par-dessus mon épaule.
Aucune parole échangée. Juste une présence.
Clandestin dans mon dos. »
Jules partage avec elle un pain au chocolat, elle lui parle, elle se confie peu à peu. Il l’écoute avec bienveillance mais ne se livre pas. Brune sent en lui un lourd secret. Il survit dans une mauvaise cabane puis dans un squat avec d’autres abandonnés. Jules a perdu ses enfants et s’est retiré de la vie. Pourtant, ce vieil homme usé va donner à l’adolescente écorchée le goût de se battre, de gagner une vie meilleure, un avenir.
Nathalie Le Gendre, qui est entrée en littérature avec des romans de SF remarqués et souvent primés, change ici de registre et nous livre un roman réaliste très convaincant, dans une belle langue vibrante. Sans apitoiement forcé ni voyeurisme, elle raconte une réalité que, hélas, bon nombre d’adolescents vivent aujourd’hui dans notre pays où 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté. Elle montre avec délicatesse et pudeur la détresse de Brune, le dénuement de Jules. Malgré la noirceur de la situation des personnages, il y a néanmoins de la chaleur et de l’humanité et le roman, construit en flash back, délivre un message positif.