Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Backstage au nom du père du fils et de John Lennon

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 13 ans
: 9782092528679
10.00
euros

L'avis de Ricochet

Ce nouveau roman de l’excellente collection « Backstage » proposée par Nathan nous entraîne dans les années 1960 alors que la bonne ville de Londres s’enflamme pour quatre jeunes musiciens venus de Liverpool, les Beatles. La jeunesse londonienne vit intensément ce temps de la « Beatlemania », où tout semble possible, où une autre musique émerge, qui coïncide avec les mouvements de libération des femmes et de la sexualité.
Pour évoquer le « swinging London », les deux auteurs imaginent un personnage tout grand et tout maigre, Cornélius Caine, jeune aristocrate échappé d’un pensionnat très chic et très dur, avec la bénédiction de sa grand-mère, une femme étonnante qui se fiche des bienséances et des règles étroites de sa caste. Cornélius débarque à Londres, chez sa cousine mannequin, avec son bégaiement, sa maladresse et sa très grande gentillesse. Cornélius aime passionnément la musique et vit intensément cette nouvelle liberté, même s’il ne sent pas très à l’aise dans les soirées branchées. Sa rencontre avec John Lennon, le plus charismatique des Beatles, homme aux multiples facettes, change sa vie et son rapport au monde …
Laurence Schaack et Goulven Hamel écrivent à quatre mains et signent là un excellent roman. Ils savent aussitôt immerger le lecteur dans l’époque qu’ils évoquent, nous entraînant dans le sillage de personnalités mythiques, qui ont construit l’histoire de la pop. Le Londres de ces années-là est une ville fourmillante, où se produisent Beatles et Rolling Stones, bien sûr, mais quantité d’autres musiciens et d’artistes majeurs, où de jeunes producteurs culottés rompent avec les pratiques anciennes, où la jeunesse est avide de liberté et de sons nouveaux. L’on y croise, par exemple, une certaine Mary Quant, la célèbre styliste londonienne, qui inventa la mini-jupe … Les auteurs parviennent à doser finement ce qui relève de l’histoire de ce courant musical, grâce à une solide culture, et le parcours quasi initiatique de leur personnage, ce Cornélius singulier si attachant.
A la fin du roman, un dossier très étayé sur la musique et la culture pop : chronologie, musiciens, discographie. Les jeunes lecteurs auront envie de se plonger dans les chansons des Beatles et des autres musiciens fondateurs. Les plus vieux retrouveront le bon vieux temps quand, dans les booms, ils dansaient en chantant à tue tête « A hard day’s night » …

Les trois premiers titres, d’aussi bonne facture : « Je hais l’amour véritable » (Le punk) – « Je chanterai sur terre et en enfer » (Le rock) – « Les gens dansent pour ne pas mourir » (Le reggae)
L’autre titre sorti en même temps que « Au nom du père, du fils et de John Lennon » : « Le bé^ton qui coule dans nos veines » (Le hip-hop).

Présentation par l'éditeur


Cornelius Caine, jeune aristocrate bègue et maladroit, quitte son collège archi snob pour se plonger dans le "swinging London". Grâce à sa cousine sexy et délurée, il découvre la mode, les soirées branchées et rencontre même ses idoles, les Beatles. Il tombe sous le charme du plus insaisissable d'entre eux, John Lennon, et noue avec l'icône pop une dangereuse amitié qui le mènera à la découverte de lui-même...

Du même auteur

Love, mode d'emploi

Documentaire
à partir de 9 ans

Je hais l'amour véritable

Roman
à partir de 15 ans
Avis de lecture

Du même illustrateur

Je hais l'amour véritable

Roman
à partir de 15 ans
Avis de lecture

Le béton qui coule dans nos veines

Roman
à partir de 13 ans
Sélection des rédacteurs
Avis de lecture