Aller au contenu principal

Solaire

Roman
à partir de 10 ans
: 9782211235129
12.50
euros

L'avis de Ricochet

Le jeune Ernest raconte sa famille : des parents divorcés, un père quasiment absent, une mère qui se laisse aller et préfère les jeux vidéos à la réalité, une grande sœur Sara qui tient tout en main quitte à en dépérir. La charge est telle que la jeune fille a perdu tout appétit et Ernest la surnomme Ossette. L'adorable petit garçon décide de la faire manger : il lui dépose des gâteaux sous son oreiller, lui rédige un livre de recettes poétiques… Peu à peu, au fur et à mesure que la mère s'enfonce dans sa dépression, les enfants comprennent qu'ils doivent cesser de la protéger et de prévenir ses crises, pour demander à aller vivre chez leur père.

Cette chronique du quotidien offre un aspect social extrêmement fort, bouleversant même puisque vécu du point de vue d'un jeune enfant trop tôt responsabilisé. L'anorexie de la grande sœur apparaît heureusement temporaire, réactionnelle et la fin se veut donc heureuse. Les dessins qui parsèment l'ouvrage, volontairement un peu naïfs, traduisent également cette fibre réaliste et de proximité. On appréciera l'imagination débordante d'Ernest : tout en n'éludant rien de sa situation difficile, il fait appel à des personnages d'albums afin de l'affronter. Le loup de Mario Ramos devient le méchant récurrent tandis que le Bon Gros Géant de Roald Dahl apaise tout le monde. Un roman au thème délicat parfaitement bien rendu.

« Au programme : lait du jour levant, poudre de l'aurore, pain de la vie, biscottes antichocottes, galipette complète, omelette en fête, soupe étoilée, cake aux mille sourires, fondant réconfortant, tarte aux amours meringués… » (p. 52)

Présentation par l'éditeur

Il y a quelque chose qui ne colle pas dans la famille Chatterton. Sara a la peau sur les os, au point qu'on la surnomme Ossette. Ernest, son frère, a la tête dans les nuages. Et leurs parents se sont émiettés : le père est occupé par ses réalités, la mère vit dans un monde de Sims. Malgré tout, Ernest et Sara sont inséparables, comme les deux doigts de la main. Alors, quand Sara faiblit à vue d