Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Rechercher un livre

Muzungu !

Sélection des rédacteurs
Théâtre
à partir de 12 ans
: 9782807102927
11.00
euros

L'avis de Ricochet

Pour ce texte autobiographique destiné à la scène, Vincent Marganne a plongé dans l’archive du souvenir familial des années 60 : les bobines de films super 8 qui conservent pour de nombreuses familles les images de vacances, d’enfance et de fêtes, les images du bonheur.

Mais ces bobines-là restituent un autre type de vacances, de celles qu’on dirait éternelles tant l’environnement et les conditions de vie sont propices au développement d’enfants joyeux et insouciants, en harmonie avec la nature, curieux de tout et savants de riens ici qui deviendront extraordinaires ailleurs. Ailleurs, quand on sera « rentrés de vacances », rentrés au vrai pays, quand on aura fui, déserté, abandonné.

Car l’enfance au Burundi du petit Vincent et de ses frères et sœur est d’abord la conséquence du choix professionnel des parents d’aller exercer leur métier d’enseignant en tant que coopérants. Sans intention de poursuivre l’œuvre de l’ancienne puissance coloniale dont ils sont issus, Vincent Marganne évoque la manière dont ils sont pourtant très vite pris dans le système de castes où la population native est toujours inféodée aux Blancs, les muzungu. Pas dupe, le couple Marganne fondera malgré tout une belle famille dans ce petit paradis. En 1972, lors des premiers affrontements politiques entre Hutu et Tutsi, réprimés par le pouvoir militaire, parents et enfants regagneront la Belgique. Une débâcle politique de plus, que l’enfant d’alors ne comprendra pas.

Ce traumatisme familial, Vincent Marganne l’a porté et raconté dans un film témoignage, puis dans ce texte qu’il dédie au théâtre, sous la forme d’un conte d’aujourd’hui, une histoire de belle enfance qui tourne court. Le sentiment de perte, les absences du père plongé dans la contemplation du paysage infini en haut d’une colline de Belgique, comme pour retrouver les sensations éprouvées du haut de son balcon burundais, la langue qui résiste comme un ultime lien avec ce pays natal qui s’éloigne peu à peu, Vincent Marganne raconte tout cela. Sur un ton égal, mais avec des images qui restituent l’atmosphère colorée et chaude de ses années d’enfance, il déroule le film des bobines retrouvées et avec lui renoue avec son passé. Un très beau texte.

Présentation par l'éditeur

Tout commence avec un trésor retrouvé dans la cave de la maison familiale : douze bobines de films tournés entre 1963 et 1975 au Burundi, pays où l'auteur est né et a passé les sept premières années de sa vie. Un Boeing atterrit sur une piste dérisoire et la mémoire revient. Émerge le souvenir de joies associées au vocabulaire de l'enfance et d'événements plus dramatiques liés à l'histoire du pays