Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Marie Sellier

3 septembre 2008

Passionnée par l’art sous toutes ses formes, Marie Sellier aime emmener ses lecteurs à la rencontre des peintres, des sculpteurs et des artistes. Diplômée de L’institut d’Études Politiques de Paris, Marie Sellier a exercé le métier de journaliste pendant de nombreuses années. Elle est l’auteur d’une soixantaine d’albums pour la jeunesse et de cinq films documentaires sur des peintres et des sculpteurs et a créé plusieurs collections de livres d’art pour la jeunesse : L’Enfance de l’Art, Mon petit musée à la Réunion des musées nationaux, Des mains pour créer chez Paris-musées, Entrée libre chez Nathan. Nommée chevalier des Arts et des Lettres en juillet 2007, elle est, depuis ce mois de juin, la présidente de la Charte des auteurs et des illustrateurs pour la jeunesse.


- A quel "héros"/personnage de fiction vous identifierez-vous volontiers ?

Avec une certaine jubilation, à Madame dans Un mot pour un autre, de Tardieu. Bonne quille, bon beurre !




- Quelle utopie seriez-vous prête à défendre ?

Qu’on ne vole à aucun enfant sa part d’enfance.

- A part être écrivain ou illustrateur, que rêveriez-vous d'être ?

Je me dis parfois que j’aimerais faire pousser des fleurs.

- Où écrivez-vous ? Quel est le lieu qui vous inspire le plus ?

J’aime écrire chez moi, dans mon bureau face au grand magnolia aux oiseaux, mais aussi dans le train ou au bord de la mer. En fait, je crois que le lieu importe peu.




- Quel est le sentiment qui vous habite le plus souvent ?

Le sentiment de faire trop de choses à la fois. Difficile d’être à la fois débordée et perfectionniste.

- Quels livres vous tombent des mains ?

Les livres prétentieux, les livres ennuyeux, les livres phraseurs, les livres fabriqués, les livres mal écrits.




- Que redoutiez-vous enfant ?

Le regard de ma mère.

- Vous arrive-t-il de côtoyer des êtres imaginaires ?

Je côtoie beaucoup de vivants, présents ou passés. Peut-être des êtres imaginaires se glissent-ils parmi eux…

- Que feriez-vous ou diriez-vous à un ogre s'il vous arrivait d'en croiser un ?

« Oh ! Comme tu as de grandes dents ! »

- Qu'avez-vous conservé de l'enfance ?

La spontanéité.

- Selon vous, qu'est-ce qui fait vendre un livre ?

Le libraire, sa couverture, et puis tous les gens qui le portent. Je pense en particulier aux bibliothécaires et aux passionnés de lecture, souvent bénévoles, qui organisent les nombreux salons du livre auxquels nous sommes invités.




- Quel qualificatif vous colle à la peau ?

Je ne sais pas, il faudrait demander à ceux qui me côtoient justement.

- Quelle est la meilleure phrase qu'un enfant vous ait dite ?

A défaut de la meilleure, la dernière, à propos du Rat m’a dit (illustré par Catherine Louis, éditions Philippe Picquier) et de l’horoscope chinois. Un petit garçon de 7 ans : « tu es serpent ! Alors, tu es née en 2001, comme moi ! »

- Quelle est votre définition du bonheur ?

Etre entourée de gens que j’aime. C’est un peu ce qui m’arrive.

- Si vous aviez la possibilité de recommencer, que changeriez-vous ?

Peut-être rien. Je crois qu’on se construit aussi sur ses failles. Sur pilotis.

- Enfant, quel genre de lecteur étiez-vous ?

Boulimique.

- Vis-à-vis de quoi vous sentez-vous impuissant ?

La violence.

- Quel est l'animal auquel vous ressemblez le plus ? Pourquoi ?

Le dromadaire (j’évite de dire chameau pour des raisons évidentes) pour l’endurance.

- Quel est le mot que vous préférez dans la langue française ?

Je pourrais dire toupie, je pourrais dire phalène, je pourrais dire do, je pourrais dire amour.

- Que souhaiteriez-vous que l'on retienne de vous ?

Une petite flamme.


Vos livres
- Quelle est votre dernière sortie pour la jeunesse ?

Mon petit Versailles à la Réunion des musées nationaux.




- Le(s) livre(s) dans votre production dont vous êtes particulièrement fier ou qui vous laisse(nt) un souvenir particulier
L’Afrique, petit Chaka..., illustré par Marion Lesage à la Réunion des musées nationaux, L’histoire sans fin des Mafous et des Ratafous, illustré par Diagne Chanel, chez Paris-musées, La lune nue, illustré par Hélène Rajcak, au Baron perché, Arts primitifs, entrée libre et Arts décoratifs, entrée libre chez Nathan.




- Quel est le thème que vous aimez davantage traiter ?

L’art. Parce que je pense que l’art, sous toutes ses formes, n’est pas un luxe mais une nécessité absolue, qu’on en a besoin pour vivre et qu’il vaut mieux l’approcher très tôt pour ne pas, plus tard, connaître la grande terreur « Mon Dieu, je n’ai pas les clés, je n’y comprends rien.» J’ai rencontré trop d’adultes ayant le sentiment d’être exclu du monde de l’art pour ne pas être confortée dans l’idée qu’il faut prendre les enfants par la main et les guider sur ce chemin à petits pas, à petits mots.

- D'où est né votre premier livre/illustration ?

De ma passion pour l’art. J’étais journaliste à Bayard presse et je me suis dit que j’avais envie de passer de l’autre côté de la barrière, côté édition, pour emmener les enfants à la rencontre des peintres, des sculpteurs, de tous ces artistes qui, à leur façon, sont de grands aventuriers.




- Quel livre en littérature de jeunesse auriez-vous voulu écrire ou réaliser à la place d'un autre ?

Un album que je viens de lire, Les deux arbres d’Elisabeth Brami (Casterman). Un autre que j’aime depuis longtemps, Que fait la lune la nuit ? d’Anne Herbauts. Et puis, l’Histoire impossible à peindre de Claire Ubac.

- Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

Un conte sur le temps, un autre sur la couleur, un livre sur le peintre Maurice Estève, un autre sur le musée du quai Branly, un film sur Van Gogh pour la Géode...

- Où et comment vous voyez-vous dans 10 ans ?

Ici, la même, juste un peu moins charrette.


Références
Littérature de jeunesse
- Un livre pour la jeunesse qui vous a marqué petite ?
Les douze lutins de la princesse Mab, de Jerôme Doucet, un livre qui avait appartenu à ma mère lorsqu’elle était enfant.

- Quels sont vos auteurs-illustrateurs de référence ou qui pour vous développent une approche intéressante ?

J’aime l’univers d’Anne Herbauts, de Catherine Louis, d’Hélène Rajcak, d’Elodie Nouhen, de Gilles Bachelet et de bien d’autres encore.

- Quels sont vos livres "coups de coeur", les "incontournables" en littérature de jeunesse ?
Zozo la tornade, d’Astrid Lindgren, Simple, de Marie-Aude Murail, Le géant de Zéralda de Tomi Ungerer, Le premier et le second livre des merveilles de Nathaniel Hawthorne...

Culture
- Un film, une photo/illustration qui vous touche ?

Dernièrement Les citronniers de Eran Riklis, Persépolis de Marjane Satrapi.

- Un musicien

Misia

- Un lieu où vous aimeriez vivre

Hanoi, Rome, Berlin, ou tout simplement continuer à vivre chez moi.




- Une phrase (une devise) qui vous guide

« Ça n’est pas le doute qui rend fou, ce sont les certitudes. » (Musil, Journal)

Actualité
- Vos dernières (bonnes) lectures ?

American darling de Russel Bank (Actes sud), Austerlitz de W.G. Sebald (Actes sud), Train de nuit pour Lisbonne, de Pascal Mercier (Maren Sell), L’heure exquise de Dominique Barbéris (l’Arpenteur), Les déferlantes de Claudie Galley (La Brune, Le Rouergue).

- Un site (sur les techniques graphiques, un auteur-illustrateur, une approche particulière du texte, de la littérature...) que vous souhaitez recommander ?

Le blog de Blandine Longre : http://blongre.hautetfort.com/


Auteurs et illustrateurs en lien avec l'interview

Marie Sellier

française