Aller au contenu principal

Henri Meunier

28 août 2006

Henri Meunier est né en 1972 à Suresnes et vit aujourd'hui à Bordeaux. Après avoir étudié les arts plastiques à l'Université, il a été travailleur social pendant près de six ans. Il fait ses premiers pas en littérature de jeunesse avec l'ouvrage "Le paradis" illustré par Anouk Ricard et publié au Rouergue, sa maison-mère. Depuis, il exerce le métier d'auteur et d'illustrateur à plein temps et créée parfois en complicité avec d'autres (Régis Lejonc, Nathalie Choux, Anouk Ricard). Variant les options graphiques, les albums d'Henri Meunier sont empreints d' humour, d'inventivité et de poésie. Sans plus attendre, arrêtons-nous, le temps d'une escale, en compagnie de cet auteur curieux, passionné à qui il arrive de cotoyer des êtres imaginaires.


A quel "héros"/ personnage de fiction vous identifierez-vous volontiers ?

A Adèle Blanc-Sec de Tardi, à un personnage anonyme de Beckett, à Monsieur Plume de Michaux

Quelle utopie seriez-vous prêt à défendre ?

A un certain nombre de celles contenues dans la déclaration universelle des droits de l’homme. Pour coller un peu, pardon, à l’actualité française où des enfants sont arrêtés directement en classe par la police française comme durant les plus glorieuses heures de la dite police française, commençons par la liberté de circulation par exemple. Et je veux bien continuer, toujours pour nos voisins de palier, par l’égalité, effective, de droits entre les hommes

A part être écrivain ou illustrateur, que rêveriez-vous d'être ?

Ornithologue.

Où écrivez-vous ? Quel est le lieu qui vous inspire le plus ?

N’importe où. Là où je suis. Il suffit juste que je puisse m’isoler des conversations.

Quel est le sentiment qui vous habite le plus souvent ?

Le manque de temps.

Quel(s) genre(s) de livre(s) vous tombe(nt) des mains ?

En jeunesse tous ceux écrits avec le dictionnaire pour rime pour guide et unique nécessité pour commencer. Tous les livres écrits pour édifier, éduquer, apprendre et ceux emplis de bons sentiments en bandoulière.

Que redoutiez-vous enfant ?

Le chien des autres.

Vous arrive-t-il de côtoyer des êtres imaginaires ?

Quand je lis, et c’est l’un de mes plaisirs, je voyage en leur compagnie. Si cette compagnie est bonne, il se peut qu’elle me suive un certain temps. Du coup, autour de moi, gravite souvent une cohorte d’affables fantômes que je peux questionner quand l’expérience l’exige. Pas de gardes du corps, mais des gardes de l’âme un peu...

Que feriez-vous ou diriez-vous à un ogre s'il vous arrivait d'en croiser un ?

«  bon appétit ». J’ai reçu une éducation assez traditionnelle.

Qu'avez-vous conservé de l'enfance ?

De la curiosité. Enfin j’espère. Et aussi des manières de princes, une belle repartie et un sacré courage. Tout cela à retardement, quand je revis, enfin seul, les brûlures du jour.

Selon vous, qu'est-ce qui fait vendre un livre ?

Hélas, et cette réponse me désole tant elle est probablement banale et réactionnaire, mais j’ai l’impression que ce qui fait vendre un livre, c’est souvent ce qui, à mes yeux, ne vaut plus la peine ni d’être écrit, ni édité, ni lu. J’ai entendu un jour quelqu’un parler de non-livre. J’aime bien ce raccourci, et pour moi, un non-livre est un objet qui a tout d’un livre, sauf l’essentiel, des mots neufs ou des pensées qui réveillent, grattent, chatouillent, aiguillonnent, mettent en fouille, révoltent, indisposent, bref des mots qui disent.

Quelle est votre définition du bonheur ?

Pour piller et détourner une phrase de Ferré, « le bonheur, c’est quand les autres sentiments se reposent. »

Si vous aviez la possibilité de recommencer, que changeriez-vous ?

Tout ou rien. Tout, pour voir, pour vivre autrement. Rien, je suis très heureux de vivre dans ce monde là même si, et à cause de (peut-être aussi) nombreuses révoltes.

Enfant, quel genre de lecteur étiez-vous ?

Enfant, je ne lisais pas ou peu. J’ai commencé à lire sur le tard, vers 16-17 ans

Vis-à-vis de quoi vous sentez -vous impuissant ?

La connerie ordinaire et admise souvent. Les normes sociales surtout.

Quel est l'animal auquel vous ressemblez le plus ? Pourquoi ?

L’éponge. Je me veux poreux, je ne suis pas bagarreur pour deux sous et quand je suis plongé dans de l’eau douce et savonneuse, je rêve bien sûr que je suis à la mer.

Que souhaiteriez-vous que l'on retienne de vous ?

Peu m’importe. Rien.

Vos livres

Quelle est votre dernière sortie pour la jeunesse ?

- « Album de famille » aux éditions du Rouergue en collaboration avec Anouk Ricard.

Le(s) livre(s) dans votre production dont vous êtes particulièrement fier ou qui vous laisse(nt) un souvenir particulier

« La môme aux oiseaux » et « l’autre fois » aux éditions du Rouergue. Le premier pour des raisons qui tiennent, d’une part, aux souvenirs de mes amours d’enfance et, d’autre part, à mon amitié pour Régis Lejonc. Le second parce que c’est le livre le plus abouti que j’ai écrit et illustré.

Quel est le thème que vous aimez davantage traiter ?

Je n’ai pas l’impression d’avoir de thèmes qui me tiennent plus à cœur que d’autres mais des enfants m’on fait remarquer plusieurs fois qu’il était souvent question, d’une façon ou d’une autre, d’envol dans mes histoires…

D'où est né votre premier livre/ illustration ?

Je n’ai pas de souvenir précis des prémices de ce premier livre, le paradis, au-delà des questions contenues dans le livre, pour qui veut les lire, sur "l’après" de manière particulière et générale.

Quel livre en littérature de jeunesse auriez-vous voulu écrire ou réaliser à la place d'un autre ?

Il y a beaucoup de livres que j’adore et que j’admire mais je n’ai pas pour autant, enfin je ne crois pas, de frustration de ne pas les avoir écrit ou illustré moi-même.

Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

Je travaille actuellement sur des scénarios de bandes dessinées et la mise en couleur d’une bande dessinée.

Où et comment vous voyez-vous dans 10 ans ?

Vivant, heureux, ailleurs.





A l'atelier



A paraître - Atelier du poisson soluble





« L’autre fois » éditions du Rouergue




« La famille ogre » Atelier du poisson soluble



« la balançoire » Travail Personnel



« Autoportrait » Travail Personnel

Références

Littérature de jeunesse

Un livre pour la jeunesse qui vous a marqué petit ?

« mon vieux frère de petit balai » et « la chèvre de Monsieur Seguin » chez Flammarion castor poche « Les trois brigands » et « Jean de la lune » d’Ungerer

Plus tard « les bijoux de la Catasfiore » d’Hergé.


Quels sont vos auteurs-illustrateurs de référence ou qui pour vous développent une approche intéressante ?


En littérature de jeunesse, j’aime les illustrateurs et les illustratrices qui me surprennent parce qu’ils cherchent et se renouvellent constamment tout en restant proche d’eux même. Wolf Elbruch, Béatrice Alemagna, Marc Boutavant ou Régis Lejonc font partie de ceux-la par exemple. Il y en a d’autre bien sûr…

Pour ce qui est des auteurs d’album jeunesse, c’est plus l’histoire d’un texte que celle d’un auteur qui ferait mouche à chaque fois. Et je ne crois pas que cela soit lié aux auteurs mais plus à l’espace qu’on leur ouvre. Je trouve que l’édition jeunesse est encore terriblement frileuse et que les textes exigeants sont particulièrement difficiles à faire exister. Cependant pour ne pas donner l’impression de me dérober à la question et pour en citer un, l’écriture de Fred Bernard me touche souvent.

Quels sont vos livres "coups de cœur", les "incontournables" en littérature de jeunesse ?

Incontournable je ne sais pas mais important pour moi dans les 10 dernières années :

Icare d’Olivier Douzou et Régis Lejonc, Nuit d’orage de Lemieux, l’ogresse en pleurs de Wolf Elbruch et Valérie Dayre, Gisèle de verre de Beatrice Alemagna, Jesus Betz de Bernard et Rocca pour n’en citer que quelques-uns.

Et dans les années d’avant, je mentionnerai un bon nombre de livres paru chez « Harlin Quist » ou au « Sourire qui mord »

Culture
Un film, une photo/illustration qui vous touche ?

Elephant” de Gus Van Sant. Les westerns d’Eastwood aussi : “Impitoyable”, par exemple.

Un musicien
Dick Annegarn.

Un lieu où vous aimeriez vivre

Sur mer.

Une phrase (une devise) qui vous guide

« Pourquoi pas. »

Actualité
Vos dernières (bonnes) lectures ?

En littérature jeunesse , l'album « Noir / Voir » de François David aux éditions Motus et le roman : « Je mourrai pas gibier » de Guillaume Guéraud

En littérature générale, le roman : « Méridien de sang » de Cormac Mc Carthy


Auteurs et illustrateurs en lien avec l'interview

Henri Meunier

Henri Meunier

française