Aller au contenu principal

Rechercher un article ou une interview

Anaïs Vaugelade

7 avril 2010

Anaïs Vaugelade est née en 1973 à Saint-Ouen. Alors qu’elle est encore élève à l’École nationale supérieure des Arts décoratifs de Paris, section photographie, elle illustre un premier livre publié à l’École des loisirs. Depuis cet auteur et illustratrice ne cesse de raconter des histoires avec brio, proposant des mises en page et des narrations ciselées, un rythme jubilatoire et jouant avec les hypothèses de son lecteur. Ses livres sont aussi peuplés de personnages hauts en couleur tels que Zuza, Monsieur Guillaume,Flore, Eli le Lionceau, la petite ogresse, sans oublier la grande tribu des cochons Quichon. A côté de l'écriture et l'illustration pour enfants, il lui est arrivé de faire des dessins animés (Elle a écrit et réalisé des séquences dans les films suivants "la vie ne me fait pas peur" de Noemie Lvovsky, "les sentiments" de N.Lvovsky, 'il est plus facile pour un chameau" de Valeria Bruni Tedeshi, 'faut que ça danse" de Noemie Lvovsky). Elle vient de terminer un album pour les tout-petits intitulé "papa, maman, bébé", à paraître dans la collection "Loulou et cie". Sans plus attendre accueillons notre nouvelle invitée.


- A quel héros ou personnage de fiction vous identifierez-vous volontiers ?

À Marlaguette. D'ailleurs entre 3 et 5 ans j'ai demandé à mes maitresses d'écrire le nom «Marlaguette», au lieu d'«Anaïs», au dos de mes dessins.

- Quelle utopie seriez-vous prête à défendre ?

Euh, l'amour?

- A côté de votre approche d'auteur ou d'illustrateur pour enfants, que rêverriez-vous d'être ?

Je mets la liste? Avocate, entomologiste, monteuse de cinéma, chanteuse, maçon(e) spécialisée en gros œuvre... Non, ou plutôt, plus simple, je rêverai de me glisser dans la peau d'autres que moi -mais là la liste serait trop longue.

- Où écrivez-vous ?

Mes livres sont tellement courts que je les écris presqu'entièrement dans ma tête.




- Quels genres de livres vous tombent des mains ?

Pardon, je ne médis qu'en très petit comité

- Que redoutiez-vous enfant ?

Être amoureux de la personne qui précisément se trouve être amoureuse de vous, ça me semblait une coïncidence des plus improbables, et malgré les statistiques favorables je doutais que ça m'arrive un jour. Ça ne répond pas vraiment à la question mais ça me préoccupait beaucoup.




- Vous arrive-t-il de cotoyer des êtres imaginaires ?

Forcément, je suis amenée à fréquenter les personnages que j'imagine pour raconter telle ou telle histoire; Mais ils ne se désolidarisent pas tellement de l'histoire dans laquelle je les place, je ne sais rien de ce qu'ils ont vécu avant ni de ce qu'ils vivront après.




- Que feriez-vous ou diriez-vous à un ogre s'il vous arrivait d'en croiser un ?

Pas sûr que je l'identifierais.

- Qu'avez-vous conservé de l'enfance ?

De l'exaltation.




- Selon vous, qu'est-ce qui fait vendre un livre ?

Si je le savais... Non, en fait, je le sais un peu mais ça ne m'aide pas à faire ce qu'il faudrait pour que mes livres se vendent; Alors je néglige la question.

- Quel qualificatif vous colle à la peau ?

Pugnace ?




- Quelle est la meilleure phrase qu'un enfant vous ait dite ?

Je n'ai pas du la ranger dans le casier « phrase d'enfant », du coup je ne trouve rien à répondre à cette question..

- Quelle est votre définition du bonheur ?

Oïe!




- Si vous aviez la possibilité de recommencer, que changeriez-vous ?

De recommencer avec la mémoire de ce que j'ai fait ce coup-ci? Ou sans?

- Enfant, quel genre de lecteur étiez-vous ?

Je me suis retrouvée un jour, à 8 ans, au Salon du Livre de Paris, et c'était comme entrer dans la chocolaterie de Roald Dahl.




- Vis-vis de quoi vous sentez-vous impuissant ?

Certaines formes de bêtise.

- Quel est l'animal auquel vous ressemblez le plus ? Pourquoi ?

Au jeu du dictionnaire j'ai toujours été soit une loutre, soit un chat. A cause de ma moustache?

- Quel est le mot que vous préfèrerez dans la langue française ?

Moi je n'ai pas de mot préféré, pas de couleur préférée non plus, seuls les rapports me préoccupent. Mais mon petit garçon aime beaucoup dire: tracteur.




- Que souhaiteriez-vous que l'on retienne de vous ?



Oaf, non, rien.

De toute façon, je ne serais pas là pour relever les copies.




Vos livres




- Quelle est votre dernière sortie pour la jeunesse ?

Le garçon qui ne connaissait pas la peur, à l'école des loisirs




- Les livres dans votre production dont vous êtes particulièrement fière ou qui vous laissent un souvenir particulier ?

Celui-la, le dernier (Le garçon qui ne connaissait pas la peur). Généralement, je pense longtemps à mes histoires mais je ensuite je les écris, je les dessine très vite, et le livre reste associé à une époque, à un endroit. Celui-là a eu du mal a trouver sa forme, il a connu tant de versions, il a tellement pris son temps que paradoxalement je ne me souviens pas l'avoir écrit.

- Quel est le thème que vous aimez davantage traiter ?

En général les thèmes apparaissent après coup, mes premiers livres parlaient souvent je crois de contrariété, pour ceux de maintenant, je manque de recul.




- D'où est né votre premier livre, votre première illustration ?

De la détermination de publier un livre et de gagner de l'argent de cette façon-là.

- Quel livre en littérature de jeunesse auriez-vous voulu Écrire ou réaliser à la place d'un autre ?

«Tu ne convoiteras point la maison de ton prochain»




- Sur quel projet travaillez-vous actuellement ?

Je m'essaie à un livre pour tout-petit, et à un livre pour vieux, mais pour le moment je ne suis certaine ni de l'un, ni de l'autre.

- Où et comment vous voyez-vous dans 10 ans ?

Je ne vois rien, et heureusement, sinon j'aurais je crois la flemme d'y aller!




Références
Littérature de jeunesse

- Un livre pour la jeunesse qui vous a marqué petite ?

Marlaguette.

- Quels sont vos auteurs-illustrateurs de référence ?

En ce moment quand je travaille je pense surtout à Chris Ware, et à Riad Sattouf.

- Quels sont vos livres "coups de cœur", les "incontournables" en littérature de jeunesse ?

Ce que j'aime bien en littérature jeunesse, et malheureusement ça tend à changer, c'est justement qu'il n'y ai pas la pyramide. J'ai aimé sept histoires de souris autant que Goldorak. Il y a une phrase de Proust qui dit (en résumé, je massacre bien sûr) que les livres sont comme des lunettes proposées au lecteur« essayez donc avec cette paire là, ou peut être avec cette autre ...».

Culture
- Un film, une photo/illustration qui vous touche ?

Les gens que dessine Chris Ware, leur gestuelle , ulta sensible mais pas du tout expressionniste, ça me renverse.

-Un musicien

Jackie Mc Lean dans ses jours de grâce.



photo gaëtan Vourc'h



Actualité
- Vos dernières (bonnes) lectures ?

Pour les enfants, la serie des « bébé Gateau » de charlotte Sjostrand (Grand mère gateau, l'anniversaire de Bébé Gateau, le bain de bébé gateau, à paraître): Un dessin qui a l'air de ne pas y toucher... et un humour qui ne s'embarrasse de rien, complètement réjouissant.


Et pour les adultes, « Une femme à Berlin », texte anonyme, chez gallimard coll. Temoin: mon meilleur « conseil lecture » je crois. Et puis « l'espion de Dieu » de Jean François Bory aux éditions de l'attente: c'est un joyaux !

Auteurs et illustrateurs en lien avec l'interview

Anaïs Vaugelade

Anaïs Vaugelade

française