Aller au contenu principal

Vis, et sois heureuse, Ziska !

Sélection des rédacteurs
Florence Quillet
Millézime
Roman
à partir de 13 ans
: 9782747027571
14.50
euros

L'avis de Ricochet

Après l’excellent Mes deux Allemagne, voici le deuxième roman d’A. Voorhoeve publié en français dans cette collection destinée aux ados.

L’action du récit court sur plusieurs années sombres de notre histoire, de 1938 à 1945. C’est l’héroïne, Franziska Mangold, dite Ziska, qui raconte son destin singulier.
En 1938, elle a onze ans, vit à Berlin avec ses parents. Même si sa famille s’est convertie au protestantisme deux siècles auparavant, elle est d’origine juive, donc menacée. Ziska et ses parents, comme tous les juifs allemands, sont déjà victimes de violentes persécutions. Aussi les parents de la fillette décident-ils de la faire partir en Angleterre, grâce à un Kinderstransport, c’est-à-dire l’un des convois organisés en Allemagne pour sauver des enfants juifs entre décembre 1938 et août 1939.
C’est ainsi que Ziska se retrouve seule à Londres pour rencontrer sa famille adoptive, les Sherpard. Il lui faut s’adapter, oublier de rester sans cesse sur ses gardes, apprendre l’anglais, faire la connaissance des gens adorables qui l’accueillent, des juifs orthodoxes dont Ziska ignore tous les rites. Elle n’oublie pas ses parents avec lesquels elle correspond ni sa promesse de les faire venir en Angleterre. Quand la guerre éclate, que les bombardements rendent la vie à Londres infernale, Ziska doit partir à la campagne comme des milliers d’enfants anglais. Cette nouvelle déchirure est difficile, d’autant que les nouvelles d’Allemagne se font de plus en plus rares.

Ce roman historique possède de grandes qualités, tant sur la forme que sur le fond. Il est bien écrit, bien traduit, et la langue fluide en rend la lecture aisée. Il est ancré dans un contexte historique solidement reconstitué, sans pesanteur aucune. Enfin, il est porté par de magnifiques personnages, à commencer par la jeune héroïne, ballottée entre deux pays, déchirée entre deux cultures, deux familles. Rongée par un très fort sentiment de culpabilité, elle s’interdit d’être heureuse tant que les siens sont en danger. Aussi la reconstruction est-elle difficile, malgré l’amour et l’attention de sa famille adoptive. On la suit avec passion et on l’abandonne à regret lorsque le récit s’achève.

Présentation par l'éditeur


Janvier 1939. Lorsqu’elle arrive à la gare de Liverpool Street, à Londres, Franziska Mangold n’a que onze ans. Elle a bénéficié d’une place dans un Kindertransport, organisé depuis Berlin pour protéger des enfants juifs de la menace nazie.Alors que sa famille est convertie au protestantisme depuis deux générations, la fillette est recueillie par les Shepard, des Juifs orthodoxes. À son arrivée,