Aller au contenu principal

Seul contre tous

Roman
à partir de 8 ans
: 9782092528198
4.80
euros

L'avis de Ricochet

Baptiste vit un cauchemar. Il a dû se cacher dans le local à poubelles de son école pour échapper aux élèves de sa classe devenus fous. Pourquoi s’en sont-ils pris à lui de cette façon ? Au début du livre, nulle idée de ce qui s’est réellement passé entre le jeune garçon et les autres enfants. Pour comprendre, le narrateur remonte le temps et déroule les évènements des cinq derniers jours, depuis en fait ce fameux mercredi. Ce jour là, en sortant d’un magasin de disque et de jeux vidéo, où il était allé traîner, un peu déboussolé depuis le divorce de ses parents et son changement d’école il y a un mois, Baptiste fait sonner le portique. Comme souvent dans ce cas, il se fait fouiller et le vigile ne peut que constater que le portique a sonné sans raison. L’histoire se serait arrêtée là, si Octave Odéon, petit chefaillon de sa classe de CM2, n’avait pas assisté de loin à la scène. Pour lui, c’était clair, Baptiste était un voleur. Dès le lendemain, profitant de l’absence de Baptiste, cloué au lit par une bronchite, il s’empresse de raconter ce qu’il a cru voir. Et, constatant qu’il capte l’attention de ses camarades, commence à broder sur le sujet. La rumeur enfle, Marie-Lou, la plus belle fille de l’école, en rajoute. Bref, au bout de deux jours d’absence, Baptiste est devenu la bête noire de l’école, accusé de tous les larcins commis dans le coin. Quand il revient à l’école le lundi, autant dire que l’accueil est glacial. Les enfants l’encerclent, Marie-Lou le pousse violemment, Octave lui donne une gifle, on lui assène des coups de pied, on le traite de voleur. Par chance, il arrive à s’échapper et à se cacher. Par chance aussi, il aura la force d’aller clamer son innocence devant toute la classe et trouvera un soutien en la personne de son professeur Monsieur Kartel.
Le sujet abordé dans ce livre est grave : comment une rumeur peut enfler, détruire tout sur son passage et faire des victimes innocentes. Pour vraiment toucher son lecteur et le mettre en garde contre les méfaits de la rumeur, l’auteur a choisi un univers familier à tous les enfants comme cadre de son histoire : la cour d’école. La construction de ce texte à l’écriture fine et précise est intéressante : les allers-retours entre le présent - Baptiste dans le local à poubelles - et le passé - l’amplification du mensonge -, se succèdent. L’auteur isole ainsi vraiment son héros. Pour permettre au lecteur de constater à quel point la rumeur peut se propager, en l’absence du protagoniste.

Présentation par l'éditeur


Tout a commencé par une petite erreur. Une erreur de rien du tout. Mais quand le petit rien se transforme en rumeur, la journée de Baptiste bascule dans le cauchemar...