Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Peau d'Âne

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 6 ans
: 9782081267022
13.50
euros

L'avis de Ricochet

« Une fille ne doit pas épouser son père fût-il le roi ! ». C’est la raison pour laquelle, suivant les conseils de sa marraine, la princesse décide de s’enfuir du palais afin de ne pas avoir à épouser son père…

Par son titre et l’adaptation du texte en vers de Charles Perrault réalisée par Kochka qu’il propose, cet album s’inscrit dans la lignée du conte traditionnel pour mieux s’en affranchir et dépasser ce genre littéraire au moyen d’illustrations dont la richesse évocatrice vient parachever la symbolique des mots.

Charlotte Gastaut propose en effet une traduction graphique du texte offrant par la même au conte un niveau supplémentaire de lecture non plus langagier mais visuel. Sous les coups de crayon minutieux de cette illustratrice, Peau d’âne prend de fait la physionomie d’une princesse perse au teint diaphane et aux cheveux de jais. L’héroïne de cet album évolue donc dans un univers marqué d’orientalisme où les éléments cosmiques, végétaux, animaux et humains vivent harmonieusement. Aussi chaque page semble-t-elle offrir au lecteur une expérience visuelle et tactile, tant les illustrations s’apparentent à des tapisseries chamarrées d’or sur lesquelles des mosaïques de formes et de couleurs donnent lieu à des décors aux impressions cachemire. Les gammes de nuances utilisées, les détails apportés aux habits ainsi qu’aux bijoux et aux coiffures sont autant d’éléments qui mettent en relief, aux sens propre et figuré, les personnages du conte qui naissent d’un décor où prolifèrent arbres et fleurs. Les jeux de regards entre les protagonistes de l’histoire à la pupille noircie à souhait, les oiseaux au battement d’ailes particulier apportent eux dynamisme et profondeur aux dessins participant ainsi à refléter un sentiment, un état d’âme, une ambiance.

Tout comme l’adaptation cinématographique de Jacques Demy à qui Charlotte Gastaut dédicace cet album, texte et illustrations parviennent à extraire le caractère poétique et intemporel du conte de Charles Perrault. Et la coupe de cheveux courte délibérément féministe de sa marraine, le costume des médecins du prince, le miroir dans lequel la princesse se mire lorsqu’elle se retrouve seule dans sa chaumière qui ne sont pas sans rappeler l’adaptation cinématographique de ce réalisateur se veulent autant de clins d’œil assumés et heureux à cette œuvre.

Le lecteur appréciera le décentrement postural et culturel auquel invite cet album. Très rapidement le lecteur fait place au spectateur, le texte ne faisant office que de prétexte ou de « pré-images » serions-nous tenter de dire, tant les illustrations en deviennent le prolongement. Quant à l’esthétique des illustrations, si elle invite à un ailleurs oriental, elle peint un échantillon de sentiments profondément humains qui nous sont très familiers, que ce soit l’amour, la peur ou la tristesse. Comme si nous devions prendre ce détour, nous perdre, être autres, pour mieux nous retrouver, nous connaître. Kochka et Charlotte Gastaut touchent là à l’essence même du conte dont elles ont su très brillamment puiser la puissance symbolique.

Présentation par l'éditeur


Pour ne pas se marier avec son propre père, une princesse exige de lui des robes incroyables, puis s'enfuit du palais, dissimulée sous la peau d'un âne. Elle trouve refuge loin de chez elle, comme fille de ferme. Mais la beauté de Peau d'Âne n'échappera pas au prince, qui mettra un terme à sa vie de souillon en l'épousant.