Aller au contenu principal

Paris est tout petit

Sélection des rédacteurs
Roman
à partir de 14 ans
370 pages
: 9782748524901
17.95
euros

L'avis de Ricochet

Inès vit en banlieue et fait partie d’un programme de mise à niveau pour intégrer Sciences Po après le bac. Deux fois par semaine, elle fait aussi le ménage dans une famille bourgeoise parisienne. Rapidement, elle devient la petite amie du fils aîné de ses employeurs, Gabin. Leur relation est heureuse malgré la différence de niveau social qui retient Inès. Et puis, un soir de novembre 2015, la mère de Gabin se rend à un concert au Bataclan…

« Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment, comme nous, d’un aussi grand amour », réplique tirée des Enfants du Paradis, court tout le long du roman entre Inès et Gabin. C’est la jeune fille qui raconte cette belle histoire. Il s’agit de romantisme entre deux adolescents sensibles que tout oppose pourtant. La découverte de sa sexualité et de son plaisir par Inès intervient lentement, mais sûrement. L’avalanche de sentiments se passe sur fond d’une ville magnifique et magnifiée au cours des promenades des jeunes gens – avec ou sans le chien Bobby, souvent prétexte à passer du temps ensemble.

Et puis, Maïté Bernard entrelace finement à ces jolies choses le drame, celui de la perte foudroyante, du deuil presque impossible. Les réactions des personnages sont toutes différentes, toutes légitimes. Gabin ne ressortira cependant pas indemne de l’épreuve, laissant Inès seule à faire ses propres choix. Écrit avec la proximité d’un dialogue intérieur très centré, l’ouvrage parvient toutefois à faire ressortir une universalité : la vie, grandir, la mort, toujours l’espoir, etc. La très belle déclaration d’amour à Paris l’éternelle marquera aussi le lecteur face à l’arbitraire monstrueux.

Présentation par l'éditeur

Inès a 17 ans et un objectif : être admise à Sciences Po après le bac. Elle vient de trouver un job de femme de ménage chez les Brissac, dans le 7e arrondissement de Paris, mais elle n’avait pas prévu le coup de foudre intense entre elle et Gabin, le fils aîné de ses employeurs. « Paris est tout petit pour ceux qui s’aiment, comme nous, d’un aussi grand amour ». Cette phrase de Prévert devient