Aller au contenu principal

La couleur du mensonge

Jean-Baptiste Bernet
Roman
à partir de 14 ans
505 pages
: 9782371021532
15.00
euros

L'avis de Ricochet

Dans un monde imaginaire aux tendances moyenâgeuses, Sage Fowler, orpheline élevée par sa riche famille, cherche sa place et veut travailler. Son oncle envisageait de la marier. Elle devient apprentie de l'entremetteuse, mettant à profit ses qualités d'observation des gens. Bientôt, le groupe de jeunes filles pressenties pour une union cette année doit se rendre à la capitale, afin de célébrer le Concordium. Des soldats sous le commandement du capitaine Alex Quinn les accompagnent : de fortes dissensions menacent la stabilité du pays et tout déplacement est dangereux.

Résumé de cette façon, le roman (ou plutôt la romance) semble couler comme un produit marketing parfaitement formaté. Or, il est bien plus complexe, et c'est tant mieux. Un narrateur externe suit le point de vue de Sage, laquelle joue un rôle d'espionne sans non plus tout savoir. Les rebondissements ne sont pas excessivement nombreux mais jouent donc à merveille leur effet de surprise retorse. A contrario, les scènes amoureuses déçoivent – cette manie d'évoquer la « tignasse » ébouriffée de l'héroïne à chaque baiser… La fin un peu précipitée avec l'ascension sociale fulgurante de Sage sonne également faux. Elle a cependant le mérite de laisser une large ouverture sur la suite, qu'on découvrira avec plaisir (pas de date annoncée).

« Nous jouons tous plusieurs rôles au cours de notre vie, ce qui ne signifie pas pour autant que nous mentons. » (p. 379)

Présentation par l'éditeur

À Demora, ce sont les entremetteuses qui font et défont les unions, façonnant le paysage amoureux et politique du royaume. Et c'est à la capitale, lors du Concordium, que se nouent tous les cinq ans les mariages les plus prestigieux. Mais Sage Fowler, modeste orpheline recueillie par un oncle riche et respecté, n'a rien du parti idéal : sa seule chance de s'en sortir, c'est d'épouser un beau parti