Aller au contenu principal

Judith et Bizarre

Sélection des rédacteurs
Romans poche
Roman
à partir de 11 ans
: 9782092580035
5.95
euros

L'avis de Ricochet

La jeune Judith vit avec ses parents dans une immense ferme. On y élève… des minotaures, qui sont ensuite dispersés à travers tout le pays afin de rendre service aux humains, et même pour faire la guerre (ce qui ne plaît pas trop aux parents de Judith mais augmente considérablement leur activité). Judith a pris l'habitude d'aider sa famille aux travaux d'élevage. Un jour, elle récupère dans la paille un petit minotaure inversé – c’est-à-dire qu'il a un corps de taureau et une tête d'humain – et décide de le garder. Elle le cache soigneusement, le nourrit, lui apprend à parler, lui enseigne des rudiments scolaires, etc. Et puis ses parents finissent par découvrir la vérité. Quelle décision vont-ils prendre face à celui qui a choisi lui-même de se prénommer Antoine ?

Benoît Richter imagine un drôle de futur presque abstrait, considéré du point de vue d'une fillette isolée qui ne voit qu'un tout petit bout de la chaîne supposément monstrueuse. A son échelle, Judith va instinctivement faire preuve d'humanité et finalement entraîner dans son élan ses deux parents pourtant parties prenantes du mouvement d'esclavage. Quelle est la réalité des minotaures ? Hommes ou animaux ? Et quand bien même ils ne seraient qu'animaux ? Une foultitude de questions sur l'étranger, sur la productivité, sur la façon de vivre ensemble, sur le rapport à l'environnement se posent au travers de ces pages.

L'auteur écrit aussi de la poésie et des livrets d'opéra et cela se ressent : des répétitions bien placées, une certaine structure des phrases parfois originale donnent rythme et gravité au court roman. Les illustrations à la simplicité frappante de Joëlle Jolivet parfaient l'ensemble. L'atmosphère générale m'a fait penser au roman pour adolescents La maison du scorpion de Nancy Farmer (L'École des loisirs, 2005). Une histoire pas si fantastique que cela à lire sans hésiter malgré l'impression de malaise (salutaire) qui s'en dégage...

« Dans les profondeurs des mines, au cœur des centrales nucléaires, sur les chantiers de planètes trop lointaines, dans l'isolement des plateformes sous-marines ou dans la tristesse des plantations lunaires sont les minotaures, toujours encadrés par des machines compétentes et des humains responsables, car leur faible intelligence ne leur permet pas de prendre des décisions. » (p. 11-12)

Présentation par l'éditeur

Dans un monde qui exploite les minotaures dès leur naissance, Judith, une petite humaine, en recueille un en cachette et le traite comme un frère…

Judith, 10 ans, vit avec ses parents dans une ferme qui produit des minotaures. Ces créatures, à corps d’homme et tête de veau, sont élevées puis utilisées pour les travaux que les humains ne veulent plus faire. Forts et endurants, mais d’une