Aller au contenu principal

Des mots pour la nuit

Sélection des rédacteurs
Album
à partir de 6 ans
: 9782889083558

L'avis de Ricochet

Comment apprivoiser la nuit qui fait si peur quand on est si petit que même le lapin aux longues oreilles recule ? Le petit d’Albertine a plutôt l’air d’un adulte, c’est un proche parent de [son] tout petit ; quel que soit l’âge, on peut être pris par les frayeurs de la nuit. C’est pour cela qu’Annie Agopian a inventé les « mots-songes », un mot si beau qu’on s’étonne qu’il n’ait pas été inventé auparavant. Mots-songes et images en volutes vont envelopper le futur dormeur de poésie dans sa traversée du temps, de l’endormissement au réveil, du crépuscule à l’aube.

L’écriture d’Annie Agopian recourt à divers procédés pour piéger le sommeil : les listes en guise de ritournelle « polochon pantoufles peluche poupée » ; le style injonctif associé aux allitérations et assonances « se glisser avec délice aux plus doux des draps » ; les répétitions, le « mot-songe » opposé au « piège à cauchemars. » Associé à « interstellaire, ensorcelé, délicieux, arc-en-ciel ou mystère », ce mot construit une ode à la nuit, au sommeil, une recomposition du réel dans le rêve, mensonge / mot-songe. Le texte déroule une sorte de rite d’endormissement avec des étapes « sauter dans un mot-songe transatlantique » qui empruntent à l’univers du voyage et du mystère. Albertine s’empare de cet univers, elle le prolonge en formes et en couleurs éclatantes, rouges coquelicots, nappes bleues de l’eau, petits personnages des songes clownesques, comme une extension de l’esprit du rêveur. Le lecteur s’empare de ces volutes et dans le combat qui oppose la nuit d’encre au sommeil, il s’embarque jusqu’à « retrouver la constellation tranquille des mots-songes du matin »

Un livre fort et juste sur les inquiétudes et bonheurs qui nous habitent parfois à la tombée de la nuit.

Présentation par l'éditeur


La nuit est souvent source de peur et d’appréhension pour l’enfant. Cet album lui apprendra le pouvoir des mots-songes.



« Surtout ne pas bouger

Laisser faire les fées les génies et les elfes

Laisser passer les carrosses et les citrouilles

Puis sauter dans un mot-songe transatlantique

Et partir avec lui vent debout

Faire la longue traversée de la nuit »



Et des mots-songes, il y en a pour toutes le