Aller au contenu principal
Espace publicitaire
Fermer

Comment j'ai raté ma vie

Album
à partir de 9 ans
: 07822469
12.50
euros

L'avis de Ricochet

« Quand j’étais petit, j’habitais un immense château, caché au cœur d’une forêt magique, où tous les jours il faisait beau. Mais un jour, j'ai grandi...»

« Quand j’étais petit, j’habitais un immense château... » : Au milieu de la page blanche, s’inscrit dans une élégante typographie, austère, cette affirmation en regard d’un paysage urbain noir et blanc. Au centre de cet environnement de maisons plutôt cossues avec arbres taillés et jardins clos, un pavillon un peu déglingué dont le narrateur-locuteur est absent. Est-ce lui qui prétend avoir habité un château ?

« ...caché au cœur d’une forêt magique... » : le ton du conte de fées se poursuit alors que l’image est encore plus nettement inquiétante. La forêt annoncée est celle des cheminées qui laissent échapper de noires fumées formant un nuage angoissant.

« ...où tous les jours il faisait beau. » : dernier membre de l’affirmation. A présent, on découvre l’énonciateur : les pieds dans une misérable piscine gonflable, solitaire, dans un coin du jardin, il est abrité sous un parapluie pendant que la pluie hachure la maison délabrée et le jardin minuscule.

Soudainement, le projet de l’album est clair, texte et images jouent l’antiphrase, il faut lire l’un et l’autre pour comprendre l’humour grinçant.

Les auteurs développent alors leur personnage et lorsque celui-ci affirme qu’il n’était jamais seul, on le voit complètement isolé dans un recoin de la cour de récréation ou maigrichon et hirsute face au miroir alors qu’il prétend « être beau ». De même, il est en position misérable au tableau noir alors qu’il annonce, triomphal : « J’étais intelligent ». Toutefois, une petite tache de couleur rouge dément le caractère sinistre des images, tout n’est pas noir !

« Mais un jour, j’ai grandi… » : Abandonné le doudou (tache rouge de l’image comme un symbole de l’enfance vivace ), le soleil se lève sur le héros, la gloire est promise … « et je suis devenu stupide ». Bizarre, on le voit recevoir un diplôme de droit (« menteur »), il se marie somptueusement (« vaniteux ») avec un enfant dans les bras et se retrouve au milieu d’une fête en bourse (« misérable »)...

Cette construction en diptyque : je n’avais rien mais je croyais avoir tout et j’ai tout mais ce n’est rien, construit avec âpreté une fable moderne sur l’être et l’avoir, l’enfance et l’âge adulte que l’on peut trouver drôle ou poignante dans la dernière image, où le vieil homme, accroupi près d’une souche d’arbre, saisit son doudou retrouvé... Magistrale image en forme de morale comme il se doit pour une fable !

Ce livre est construit avec une rigueur implacable et les auteurs nous offrent une impressionnante leçon de lecture d’images qui intéressera des lecteurs de tous les âges.

Présentation par l'éditeur

Quand j’étais petit, j’habitais un immense château, caché au cœur d’une forêt magique, où tous les jours il faisait beau. Mais un jour, j'ai grandi...

Un petit bijou d'ironie qui repose sur le rapport texte/image, et interroge sur le regard que l'on a sur sa vie, et nos façons de vivre... Intense, interpellant, drôle et grinçant, cet album interroge chacun de nous, petits ou grands : qu'est-ce