Aller au contenu principal

Rechercher un livre

Ce que j'aime vraiment

Album
à partir de 3 ans
: 9782226399601
9.90
euros

L'avis de Ricochet

« Ce matin, Archibald a raté son match.
Suzanne, elle, l’a bien réussi. »

Tout est dans ce début : rater / réussir ; Archibald / Suzanne. Les termes s’opposent comme dans un match et le tennis n’est pas choisi au hasard. L’enfant se sent en compétition et c’est une souffrance. Il va d’abord chercher une solution tout seul dans l’entraînement et la régularité de l’effort, mais cela ne suffit pas.

Le dessin de Pauline Martin, simple et direct traduit sa petitesse face au vaste court de tennis où il est battu puis montre son énergie démultipliée lorsqu’il veut dominer sa faiblesse mais cela ne suffit pas…

Les enfants connaissent Archibald, ils savent qu’il pose des questions existentielles auxquelles il trouve des réponses avec l’aide de ses parents bienveillants. Ici, l'aide va venir de sa maman. La force de la Maman est de ne pas protester lorsqu'Archibald dit « je ne suis vraiment pas doué » . Elle va lui faire faire un pas de côté, « elle l’a emmené se promener. »

Au milieu de la nature, elle va le conduire à réfléchir aux capacités et limites de chacun. Un oiseau, un papillon ne savent pas nager et un pommier ne peut donner que des pommes ! Elle rebondit subrepticement sur l’opposition doué / pas doué et déplace le problème du don vers ce qui est réussi parce que profondément aimé / voulu.

L’épisode qui suit insiste longuement sur la recherche, le tâtonnement, le doute au moyen de petites vignettes, nerveuses, un peu comme dans une BD où Archibald en action tente de cuisiner, dessiner, chercher… jusqu’au moment où il SAIT !

Toute la série est fondée sur une parentalité positive où l’enfant décrypte les difficultés de l’apprentissage avec l’aide de son entourage de sorte que c’est un livre à recommander aussi bien aux enfants, qui trouveront dans Archibald un petit garçon qui leur ressemble, qu’aux parents, qui pourront envisager des réponses à apporter ou des conduites à imaginer.

Présentation par l'éditeur

« Ce matin, Archibald a raté son match. Marguerite, elle, a bien réussi. »  
Dans cette nouvelle histoire, Archibald se sent tout petit parce qu’il a perdu au tennis. Pourtant, il s’entraîne beaucoup, mais sans résultat, pense-t-il. À sa maman, il confie même qu’il n’est « vraiment pas doué ». Partant tous deux en promenade, Maman interroge alors son garçon : « Crois-tu que cet oiseau n’est pas