Aller au contenu principal

Un temps de chien : histoires naturelles

Roman
à partir de 10 ans
147 pages
: 9782211301367
12.00
euros

L'avis de Ricochet

Le narrateur Junior habite un quartier populaire de La Nouvelle-Orléans. Un jour qu’il a séché l’école, il trouve un tout petit chiot blanc. Il le baptise Snowball. Ses frères et sœurs l’adoptent immédiatement et sa mère se laisse convaincre par les talents de chasseur de serpents du chien. Un jour, la voisine Mama Bea annonce un énorme ouragan. Elle le sent dans l’air et elle ne se trompe pas.

Après la tempête sans précédent viennent les inondations. Junior perd sa famille dans la cohue des regroupements. La petite Mollie, dans le même cas que lui, s’attache à ses pas. Snowball disparaît, réapparaît… et finit par guider les enfants jusqu’au quartier dévasté de Junior, sur un fond d’intempéries dantesques. Junior va finalement rejoindre sa mère et Mama Bea va s’occuper de Mollie en attendant qu’elle retrouve ses parents. Quant à Snowball, il a désormais sa place bien à lui au sein de tout ce petit monde.

Personnages chaleureux, jeunes héros solidaires, animal réconfortant et salvateur, nature déchaînée et sous-texte forcément écologiste : Xavier-Laurent Petit offre un roman junior bien rythmé, une aventure qui aurait pu être véridique lors d’un des formidables ouragans que subit la Louisiane. Charge à un adulte de donner le contexte et d’expliquer les points obscurs (l’organisation administrative en urgence, par exemple). La maquette soignée et les illustrations en noir, blanc et vert apportent pas mal d’originalité. « Wiiiff ! », Comme dirait Snowball.

A lire aussi : Avant l’ouragan de Jewell Parker Rhodes (Ecole des Loisirs, 2015)

Présentation par l'éditeur

J’ai rencontré Snowball un jour où je n’avais pas très envie d’aller à l’école. Je traînais le long de la digue d’Industrial Canal avec un hameçon au bout d’un fil de pêche, et j’avais dans l’idée de revenir à la maison avec un poisson ou deux. Quand je l’ai pris dans mes bras, il était si léger que j’ai eu l’impression de soulever une boule de coton. La petite langue rose de Snowball me